Afrique: 45e réunion du Conseil d'administration du Fonds mondial -Des progrès malgré la pandémie de Covid-19

Genève — Le Conseil d'administration du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a unanimement salué les progrès réalisés par l'organisation au cours de l'année écoulée, en dépit des difficultés posées par la pandémie de COVID-19.

Le Conseil a discuté des moyens que le partenariat du Fonds mondial pourrait employer pour continuer d'aider les pays à lutter contre le COVID-19 et à se préparer aux pandémies futures, tout en atténuant les répercussions de la pandémie sur ses programmes et en renforçant les systèmes de santé dans le but d'atteindre son objectif : mettre fin aux épidémies de VIH, de tuberculose et de paludisme d'ici 2030.

« Notre mission, qui est d'éradiquer les épidémies de VIH, de tuberculose et de paludisme d'ici 2030, est aussi d'actualité qu'il y a 20 ans. Le contexte et l'environnement ont radicalement changé, et nous devons nous adapter », a déclaré le Dr Donald Kaberuka, président du Conseil d'administration.

Dans son allocution au Conseil d'administration, Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial, a souligné les principaux progrès réalisés au cours de l'année écoulée. En ce qui concerne les subventions signées et le financement total approuvé, le Fonds mondial est bien en avance par rapport au cycle précédent. À la fin d'avril 2021, le Comité technique d'examen des propositions avait approuvé des demandes de financement totalisant près de 11,7 milliards de dollars US en vue de l'octroi de subventions, sur une somme totale allouée aux pays de 12,7 milliards de dollars US. La qualité reste extrêmement élevée, malgré les défis posés par le travail à distance et la pandémie de COVID-19. En effet, le Comité a jugé que 89 % des demandes de financement étaient de « bonne » ou de « très bonne » qualité, et a remarqué une meilleure prise en compte d'éléments essentiels comme les droits humains et le genre.

Des commandes de produits de santé liés au VIH, à la tuberculose et au paludisme totalisant environ 1 milliard de dollars US ont été passées dans wambo.org et notre mécanisme d'achat groupé depuis le début de cette année - soit environ 30 % de plus qu'à pareille date l'an dernier. On a assisté à une augmentation significative des interventions visant les communautés, les droits humains et le genre. Dans les subventions signées fin 2020, les budgets pour le renforcement des systèmes communautaires et pour l'établissement de systèmes de santé résilients et durables avaient augmenté de 145 %. Les budgets pour les droits humains dans les subventions pour le VIH avaient augmenté quant à eux de 66 %. Le Fonds mondial a également doublé les ressources du Secrétariat affectées aux adolescentes et aux jeunes femmes.

Depuis mars 2020, plus de 1 milliard de dollars US ont été investis dans les ripostes nationales au COVID-19, en sus des activités de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Les premières demandes de financement accélérées du dispositif de riposte au COVID-19 de 2021, dont 75 millions de dollars US en fourniture urgente d'oxygène pour l'Inde, ont été approuvées quelques jours après leur réception. De nombreuses autres demandes sont en cours de traitement.

« Cette réunion du Conseil d'administration a braqué les projecteurs sur des questions clés, notamment les communautés, les droits et le genre, la diversité et l'inclusion, ainsi que la septième reconstitution des ressources. Le Conseil d'administration a insisté sur le maintien du déploiement du dispositif de riposte au COVID-19, la continuité des programmes et des activités durant la pandémie, la surveillance des contrôles organisationnels clés et la gestion proactive des risques », rapporte Roslyn Morauta, vice-présidente du Conseil.

L'élaboration en cours de la nouvelle Stratégie du Fonds mondial, qui définira l'orientation de l'organisation après 2022, a été un point fort à l'ordre du jour de la réunion du Conseil d'administration. Le Conseil se penche actuellement sur le rôle du Fonds mondial dans la préparation et la riposte aux pandémies, à la lumière des répercussions du COVID-19 sur les trois maladies. On s'interroge également sur la pertinence de positionner les trois maladies dans le contexte plus large des pandémies (comme trois des plus grandes pandémies non éradiquées) et sur l'utilisation des points forts du modèle du Fonds mondial pour élaborer des mesures de préparation et de riposte aux pandémies.

« Le Fonds mondial est, par essence, un mécanisme de riposte aux pandémies. Nous avons tiré un grand nombre de leçons sur la manière de réagir efficacement aux pandémies, affirme Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial. Cependant, le COVID-19 nous a fait perdre du terrain dans la lutte contre les trois maladies. Nous devons réfléchir très sérieusement à l'importance de protéger les communautés que nous servons des menaces que représentent les autres maladies susceptibles de bouleverser notre travail de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. »

Le processus d'élaboration de la stratégie a commencé en 2020. La première année a été consacrée à la collecte de témoignages et de données dans tous les segments du partenariat. Cette année, le cadre stratégique et le texte définitif de la stratégie seront préparés. La version du cadre stratégique qui a été produite à l'issue de la réunion du Conseil d'administration de cette semaine sera remise au Comité de la stratégie avant la réunion extraordinaire du Conseil de juillet, après quoi le nouveau cadre sera achevé et transcrit en une stratégie complète qui sera soumise à l'approbation du Conseil en novembre.

Afin de faciliter la mise en œuvre des activités critiques en 2022, le Conseil d'administration a également approuvé une légère augmentation du budget de fonctionnement du Fonds mondial pour le cycle de financement 2020-2022, qui passera de 900 millions de dollars US à 930 millions de dollars US.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X