Sénégal: Aïd el-Fitr - À Mbour, réseaux sociaux, politique et dérapages médiatiques dans le sermon de l'imam

Mbour — Les réseaux sociaux, la pléthore de partis politiques au Sénégal, les recommandations coraniques, l'éducation et les dérapages médiatiques ont été l'objet du sermon de l'imam El Hadji Ibrahima Faye, lors de la prière collective de l'Aïd el-Fitr à Mbour (ouest).

"L'utilisation des réseaux sociaux ne doit pas être une malédiction, mais plutôt une bénédiction pour notre pays (... ) Chaque citoyen a le devoir d'en faire un avantage et de les mettre au service du développement économique", a dit le guide religieux aux fidèles.

A son avis, les réseaux sociaux peuvent être utilisés au service de la "paix" et de la "stabilité" du pays.

Il a dirigé la traditionnelle prière de l'Aïd el-Fitr, au terrain Santessou, à Mbour, en présence de nombreux fidèles.

El Hadji Ibrahima Faye a insisté sur l'éducation islamique et les recommandations du prophète Mahomet (PSL), qui doivent être utilisées pour prémunir la société sénégalaise des dérives.

"L'éducation de nos enfants doit commencer à la maison, pas à l'école où dans la rue", a-t-il rappelé aux fidèles.

Le guide religieux a dénoncé les dérapages devenus monnaie courante dans les médias, sur les plateaux des chaînes de télévision notamment. Des "propos irresponsables" sont souvent véhiculés par les médias par des "va-t-en-guerre", a déploré El Hadji Ibrahima Faye.

Les leaders politiques et leurs militants n'ont pas été oubliés de l'imam mbourois. "Les politiciens sont une infime minorité de notre société et ils n'aiment pas leur pays, sinon le Sénégal ne se retrouverait pas avec plus de 300 partis politiques", a-t-il soutenu.

M. Faye a rappelé aux fidèles l'importance de l'Aïd el-Fitr et de quelques recommandations de l'islam, celle de la tenue décente par exemple. Les musulmans doivent faire preuve d'une "décence irréprochable" en matière d'habillement, a-t-il dit, insistant en même temps sur le devoir de chaque croyant de faire preuve de "pardon", de "tolérance", de "solidarité" et d"'entraide" envers ses semblables.

"Devant Dieu, le jour de la résurrection, tous les comptes seront soldés dans le moindre détail. Pour prétendre à une place (... ) au paradis, le croyant doit [éviter] la calomnie et les balivernes, respecter les heures de prières, les recommandations de l'islam, de la sunna du prophète Mahomet (PSL)", a-t-il rappelé.

"Tout musulman qui ne prie pas est considéré comme un mécréant", a martelé El Hadji Ibrahima Faye. Il a insisté aussi sur le devoir du musulman de s'acquitter de la zakat (l'aumône), laquelle doit être faite aux ayants droit avant la prière de l'Aïd el-Fitr, faute de quoi le jeûne ne sera pas récompensé.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X