Kenya: Le projet de réforme constitutionnelle du président Kenyatta jugé illégal

C'est un spectaculaire coup d'arrêt à la réforme constitutionnelle voulue par le président kényan Uhuru Kenyatta qui a été donné jeudi 13 mai par la justice. Ce projet baptisé « BBI » (Building Bridges Initiative) devait être adopté par référendum avant l'élection présidentielle de 2022. Mais un panel de cinq juges a notamment estimé que le processus lancé en 2018 par le chef de l'État pour aboutir à cette réforme était tout simplement illégal.

Les juges de la Haute Cour de Nairobi sont apparus unanimes à la télévision, jeudi soir. Pendant plus de quatre heures, ils ont lu leur arrêt, très technique et très détaillé, sur le projet de loi BBI. Et leur verdict est clair : ce projet de réforme des institutions nationales est illégal, inconstitutionnel, et donc nul et non avenu.

Ce projet, voulu par le président Kenyatta et lancé en 2018, prévoit la création d'un poste de Premier ministre nommé par le président, de deux Premiers ministres adjoints, et d'un chef officiel de l'opposition : le candidat ayant fini deuxième de l'élection présidentielle.

Or les juges estiment que le groupe de travail à l'origine de ce projet est une entité « illégale, inconnue de la loi ». Du reste le président, selon eux, n'a pas la possibilité légale de modifier la Constitution, même en passant par un référendum. Ce pouvoir constituant n'appartient qu'au peuple kényan, et non au chef de l'État, disent-ils.

Un appel de la décision à venir

« Le président ne peut pas être à la fois initiateur et arbitre de l'amendement de la Constitution », précisent-ils, disant aussi que la BBI était truffée de conflit d'intérêts. Ils concluent que le processus est donc nul ab initio, c'est-à-dire sans valeur depuis le début, et que ses décisions n'ont aucune conséquence juridique.

Il faut noter toutefois que le procureur général du Kenya a annoncé son intention de faire appel de ce jugement.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X