Madagascar: Coopération - L'assurance agricole en friche

La Société financière internationale, IFC, et le gouvernement de Madagascar s'associent pour développer des solutions d'assurance agricole pour les petits producteurs.

Enfin du concret. Un partenariat entre la Société financière internationale (IFC) et le gouvernement de Madagascar va permettre de développer des solutions d'assurance agricole à destination des petits exploitants afin de renforcer leur résilience face au changement climatique, d'améliorer leur productivité et de les aider à accéder plus facilement aux services financiers.

Dans le cadre de ce programme, IFC, un membre du Groupe de la Banque mondiale, va aider les compagnies d'assurance malgaches à concevoir des produits ciblés visant à protéger les agriculteurs contre les risques climatiques et d'autres catastrophes naturelles qui menacent leurs moyens de subsistance et pèsent sur la confiance des créanciers.

L'assurance agricole va permettre de protéger ces petits producteurs contre un large éventail d'aléas naturels, y compris les cyclones, les sécheresses, les inondations et les invasions de ravageurs. Les pertes économiques liées aux catastrophes naturelles s'élèvent, en moyenne, à 1 % du PIB par an à Madagascar.

Le secteur agricole contribue fortement à l'économie de Madagascar. Il compte pour environ un quart du PIB du pays et 64 % du total des emplois. Les petits exploitants représentent environ 70 % de la population agricole, mais plus de la moitié d'entre eux considèrent que les difficultés d'accès aux services financiers constituent une contrainte majeure qui entrave leur productivité et leurs revenus.

«Le ministère de l'Agriculture, de l'élevage et de la pêche s'est engagé à développer l'assurance agricole pour les petits exploitants afin de parvenir à l'autosuffisance alimentaire et à une croissance accélérée, inclusive et durable. La mise en place d'un système d'assurance agricole constitue une solution pérenne permettant de développer les filières agricoles. Cela incitera les banques et les institutions financières à soutenir les agriculteurs, via un accès renforcé au crédit, pour les aider à faire face aux risques liés au changement climatique », a déclaré Lucien Ranarivelo, ministre de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche.

Accès au crédit

«Les petits exploitants agricoles sont souvent en première ligne face aux risques et ils ont besoin de programmes d'assurance ciblés. L'assurance agricole est un moyen de les aider à disposer d'un flux de trésorerie davantage prévisible et stable, leur permettant de rembourser leurs emprunts, d'améliorer leur solvabilité, de stimuler leur production et de renforcer leur résilience face aux catastrophes naturelles et aux autres chocs », a souligné Marcelle Ayo, représentante pays d'IFC pour Madagascar.

L'assurance agricole peut en outre favoriser l'accès au crédit en contribuant à atténuer une partie du risque lié aux prêts. Au Kenya, au Nigéria ou aux Philippines, par exemple, la collaboration entre les banques, les institutions de microfinance et les compagnies d'assurance a permis de proposer des services groupés aux petits exploitants agricoles.

Le projet est financé par le Mécanisme mondial pour l'assurance indicielle (GIIF), un fonds multidonateur géré par le Groupe de la Banque mondiale et destiné à remédier au manque de solutions d'assurance abordables contre les risques météorologiques et de catastrophes dans les pays émergents.

Ce mécanisme est soutenu par la Commission européenne, le Groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas, le ministère allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et le ministère des Finances du Japon.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre plus large des activités menées par IFC à Madagascar pour aider le pays à renforcer l'inclusion financière en facilitant l'accès des petits exploitants agricoles et des petites entreprises à des produits financiers innovants tels que l'assurance indicielle, le crédit et les services financiers numériques.

La Société financière internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution de développement axée sur le secteur privé dans les marchés émergents. Elle est active dans plus de 100 pays et consacre son capital, ses compétences et son influence à la création de marchés et de débouchés dans les pays en développement.

Au cours de l'exercice 2020, IFC a investi 22 milliards de dollars dans des sociétés privées et dans des institutions financières dans des pays en développement, mobilisant ainsi les capacités du secteur privé pour mettre fin à l'extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X