Cote d'Ivoire: COCAN 2023 - Danho-Kessé, le feu couve !

L'affaire fait grand bruit actuellement. Et le ministre en charge des sports semble décidé à aller jusqu'au bout de sa logique. Paulin Claude Danho veut prendre la place de Lambert Feh Kessé à la tête du comité d'organisation de la Coupe d'Afrique des Nations (COCAN) que la Côte d'Ivoire organisera en 2023. Et il ne s'en cache pas. Sa sortie du lundi 3 mai 2021 à l'émission « Lundi Sport » de la RTI1 en dit long sur ses intentions.

Mieux, ses propos ont fini par convaincre ceux qui croyaient l'avoir vu venir. «Je suis ministre depuis trois ans. C'est parce que j'ai parlé de la réforme du comité d'organisation que je viens de recevoir le premier rapport depuis trois ans», a tenté de justifier le ministre de la Promotion des Sports et du Développement de l'Economie sportive.

Même si des doutes existent quant à l'authenticité de ses propos, Paulin Danho veut convaincre l'opinion de la justesse de son action. «Je suis le ministre en charge du succès de cette opération, pensez-vous que c'est pertinent que je sois en dehors de ce dispositif ? Pensez-vous que c'est pertinent que la FIF dirigée aujourd'hui par le Comité de normalisation ne soit pas impliquée dans la réflexion ?», s'est-il interrogé.

Une autre pilule difficile à avaler, surtout au niveau du Comité de normalisation dont le mandat expire normalement en décembre 2021. A moins qu'on veille informer, par cette manière, de la prolongation du mandat de Mariam Dao Gabala et de son équipe. Car à quoi servirait de mettre dans le COCAN des gens qui sont juste de passage ? Membre du comité interministériel chargé de la réussite de la CAN, le ministre des Sports ne fait-il pas partie intégrante du dispositif ? L'interrogation demeure ! Il l'a dit : «On ne casse rien du tout», mais «il faut une nouvelle gouvernance».

Et là, c'est comme vouloir une chose et son contraire. «A nouvelle gouvernance, nouvelles compétences», entend-on souvent dans la gestion des entreprises. En optant pour une nouvelle gouvernance qu'il veut «institutionnelle et opérationnelle», par le simple fait que «l'Etat a consenti des investissements importants dans la construction des infrastructures sportives sur lesquelles il est appelé à veiller», le ministre ne s'y prendrait autrement pour dévoiler ses intentions.

Car déjà, il projette la tenue d'un atelier à cet effet. Mais Lambert Feh Kessé se pliera-t-il à cette volonté du ministre Danho ? Kessé, ses attributions «Au titre du ministère des Sports et des Loisirs, en liaison avec le ministère de l'Economie et des Finances et le Secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l'Etat, le Conseil a donné son accord en vue de la nomination de Monsieur Kessé Feh Lambert, en qualité de Président du Comité d'Organisation de la Coupe d'Afrique des Nations 2021 en Côte d'Ivoire». Nommé par décret en Conseil des ministres, le mercredi 26 juillet 2017, pour offrir à la Côte d'Ivoire l'une des plus belles fêtes du football, Lambert Feh Kessé n'est pas homme à abandonner.

Surtout quand c'est dans l'intérêt du pays. Reconnu pour son sérieux, travailleur acharné, une denrée rare, le président du COCAN est un homme de mission et de devoir. C'est à ce titre, il a conduit, auprès du ministre des Sports d'alors Alain Lobognon, le comité de pilotage mis sur pied par le gouvernement pour défendre le dossier de candidature de la Côte d'Ivoire à la Confédération africaine de football (CAF). Une mission qu'il a parfaitement réussie.

A la tête du COCAN, il «est chargé d'assurer la liaison avec le Comité Exécutif de la Confédération Africaine de Football, qu'il devra tenir informé de l'état d'avancement des travaux des infrastructures dédiées à l'organisation de la CAN 2021 et de mettre en place toutes les structures et commissions techniques nécessaires à la bonne organisation de cette compétition», selon le porte-parole du gouvernement en son temps, Bruno Nabagné Koné.

Alors que la compétition n'a pas encore eu lieu, le ministre en charge des Sports veut déjà le chasser. Ouvrant ainsi une crise qui n'en vaut surtout pas la peine. Surtout que les urgences sont ailleurs. Les décrets d'application de la loi sur le sport surtout. Ce texte règlementaire qui sortira le sport ivoirien des sentiers battus.

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X