Cote d'Ivoire: Gestion du budget et du portefeuille de l'Etat - Moussa Sanogo présente des résultats satisfaisants

La croissance économique, l'amélioration de la fiscalité intérieure et la fiscalité de porte, l'accroissement des investissements sont autant de facteurs qui dénotent d'une gestion efficace des finances publiques en Côte d'Ivoire.

En charge du département du budget et du portefeuille de l'Etat depuis 2017, le ministre Moussa Sanogo a présenté, le vendredi 7 mai à l'immeuble SICAM au Plateau, les efforts consentis par l'Etat pour atteindre cette performance. Au titre de la gestion budgétaire, Moussa Sanogo a noté, dans l'ensemble, une consolidation budgétaire.

De 2017 à 2019, le solde budgétaire est passé respectivement de - 3,3% à -2,9% en 2018 pour s'établir à -2,3%. En 2020, du fait de la Covid19, le déficit est ressorti à -5,6%. « Mais comparer aux grands pays qui ont des déficits budgétaires à deux chiffres nous pouvons indiquer que les performances réalisées en Côte d'Ivoire sont remarquables », a indiqué le ministre.

Ensuite, il s'est félicité de l'augmentation des investissements pour l'accélération du processus de création de richesses. Ceux-ci sont passés de 1406,10 milliards en 2017 à 2409,50 milliards en 2020.

Les dépenses pro-pauvres pour une meilleure qualité de vie des populations, sont aussi passées de 2110 milliards en 2017 à 2755 milliards en 2020. Et également, le budget de l'Etat qui a plus que doublé en moins d'une décennie. De 3198,1 milliards de FCFA en 2012, il est passé à 8398,9 milliards de FCFA. « Vous ne réalisez par cela si vous n'avez pas une politique économique de qualité », a-t-il souligné.

Au titre des marchés publics, le ministre du Budget et du Portefeuille de l'Etat a relevé une tendance baissière, depuis 2015, de la procédure de gré à gré pour l'attribution des marchés. Ainsi, de 26,5% en 2015 ce taux a chuté à 7,4% en 2019.

Mais une légère remontée de 12,7% a été notée en 2020 à cause de la crise sanitaire. « Du fait de mesures d'urgences, il fallait aller vite pour régler certains problèmes. Dans l'ensemble, l'Etat est soucieux des procédures concurrentielles pour permettre au grand nombre d'avoir accès à la commande publique », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Moussa Sanogo a indiqué que beaucoup d'efforts ont été faits pour la participation des PME aux marchés publics. En effet, la part de marchés réservés aux PME est passée de 20% à 30%, le taux maximum de garanties de soumission a été réduit de 3% à 1,5% et la marge de préférence aux entreprises qui traitent avec les PME locales a augmenté de 5% à 15%.

S'agissant la mobilisation des ressources, les recettes douanières et fiscales ont connu, chacune à son niveau un bon résultat. De 1668 milliards en 2017 les recettes douanières sont passées à 1931 milliards en 2020, soit un accroissement de 263 milliards de FCFA. Quant aux recettes fiscales, elles ont accru de 395 milliards de FCFA avec 2358 milliards en 2020 contre 1963 milliards en 2017.

Au titre de la gestion des entreprises publiques, le ministre Moussa Sanogo s'est félicité de l'augmentation du chiffre d'affaire global de 32% de 2017 à 2020 et de l'augmentation du résultat net global de 1,4 milliard en 2017 à 56,6 milliards en 2020, soit une hausse de 55,2 milliards FCFA. « Nous avons beaucoup travaillé à maitriser les charges. C'est ce qui nous permet, aujourd'hui, de réaliser ce résultat net. Nous espérons poursuivre, c'est ainsi qu'on pourra dégager une faction de ressources pour aider à la consolidation de nos PME et pour la création d'emploi », a déclaré Moussa Sanogo.

Au-delà des chiffres, le ministère du Budget et du Portefeuille de l'Etat, a fait de l'automatisation des politiques de gestions publiques son leitmotiv pour obtenir ces performances.

A cet effet, plusieurs outils ont été mis en place pour améliorer la qualité des différents services. L'on note, entre autres, le système intégré des opérations budgétaires de l'Etat (SIGOBE) pour la modernisation de la gestion budgétaire; la plateforme e-marchespublics pour la dématérialisation des procédures des marchés publics.

Au niveau du contrôle des opérations budgétaires, un dispositif automatisé de Suivi des Dossiers du contrôle financier (GED-SYGDOS) a été mis en place pour un traitement rapide, de même qu'un Système d'Information décisionnel au contrôle financier pour avoir une vue cartographiée en temps réel de l'exécution budgétaire et physique de la dépense.

Pour maximiser les recettes dans l'immobilier, le Livre Foncier Electronique est consultable en ligne par les notaires dans le cadre de la préparation des documents relatifs aux transactions immobilières et un Comité d'Optimisation du Rendement de l'Impôt Foncier (CORIF) a été créé pour l'accroissement des revenus de l'impôt foncier.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X