Congo-Kinshasa: Alors que la fin de la douzième épidémie d'Ebola a été déclarée, le Directeur général de l'OMS félicite la République démocratique du Congo et souligne qu'il faut rester vigilant pour éviter le retour du virus

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS, a félicité toutes les personnes ayant contribué à mettre fin à la douzième épidémie d'Ebola dans l'est de la République démocratique du Congo, et a souligné la nécessité de rester vigilant pour éviter le retour de la maladie et lutter contre les autres problèmes sanitaires.

« La déclaration d'aujourd'hui concernant la fin de l'épidémie d'Ebola la plus récente en République démocratique du Congo témoigne du professionnalisme et des sacrifices dont ont fait preuve, en collaborant, des centaines de véritables héros de la santé, en particulier les intervenants congolais », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. « L'Organisation mondiale de la Santé est déterminée à soutenir les autorités nationales et locales ainsi que la population du Nord-Kivu, à prévenir le retour de ce virus mortel et à promouvoir de manière globale la santé et le bien-être de toutes les communautés à risque. »

Cette récente épidémie d'Ebola a débuté dans le Nord-Kivu en février, neuf mois après que la fin de l'épidémie précédente a été déclarée dans la même province. C'est la quatrième épidémie d'Ebola que connaît le pays en trois ans.

Selon le Directeur général de l'OMS, le retour de ce virus en début d'année met en lumière les menaces sanitaires auxquelles la population du Nord-Kivu est confrontée en permanence, et souligne la nécessité pour toutes les personnes chargées de la promotion et de la protection de la santé publique de rester vigilantes face à la maladie à virus Ebola, mais aussi face à la COVID-19, à la rougeole, au choléra et à d'autres difficultés touchant les communautés, le tout dans un climat difficile marqué par la violence.

Lors de cette récente épidémie, 11 cas confirmés et un cas probable, six décès et six guérisons ont été enregistrés dans quatre zones de santé, et ce, depuis le 7 février. D'après les résultats de séquençage du génome, le premier cas détecté était lié à la précédente épidémie, mais la source de l'infection reste à déterminer.

La riposte a été coordonnée par la Division provinciale de la santé, en collaboration avec l'OMS et ses partenaires. Près de 60 experts de l'OMS étaient présents sur le terrain. Dès que l'épidémie a été déclarée, ils ont aidé les agents locaux à rechercher des contacts, à administrer des traitements, à mobiliser les populations et à vacciner près de 2 000 personnes parmi les plus exposées, dont 500 agents de première ligne.

Bien que cette récente épidémie soit terminée, la vigilance reste de mise et il est nécessaire de mettre en place un système de surveillance fiable, car des résurgences sont possibles dans les mois à venir. Il est tout aussi essentiel de poursuivre l'amélioration des mesures de lutte anti-infectieuse dans les établissements de santé afin de prévenir toutes les maladies infectieuses, mais aussi de continuer d'aider les survivants d'Ebola grâce à des programmes de réadaptation spéciaux. Ces mesures doivent s'accompagner d'efforts spécifiques visant à lutter contre les difficultés persistantes que constituent l'insécurité et la violence armée dans le Nord-Kivu.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X