Ile Maurice: Covid-19 - Le spectre de la zone rouge plane à Vallée-Pitot

Quatre cas locaux de Covid-19 ont été détectés dans la région de PortLouis. Parmi eux, celui d'un employé du collège G.M.D Atchia habitant la région de Vallée-Pitot. Depuis mercredi, cette région vit dans la crainte de passer en zone rouge.

Jeudi 14 mai. La circulation est fluide dans les rues de Vallée-Pitot, à la veille de la fête Eid-ul-Fitr. Les habitants vaquent à leurs occupations tout en respectant les gestes barrières. «Les personnes ont même renforcé ces mesures, surtout depuis que l'on sait qu'il y a eu des cas dans la région de Port-Louis», soutient Hussein Owadally. Pour le jeune commerçant, si l'on veut que les festivités se passent bien, il y a des sacrifices à faire. «On ne pourra aller chez la famille qui habite loin. On va respecter les protocoles et rester entre nous.»

Il se dit chanceux que certains de ses proches habitent dans la même cour que lui. «Donc, les cousins vont se rencontrer mais nous allons aussi garder les masques et avoir à portée de main les sanitizers», soutient-il.

Sacrifice pour la santé

Mais Hussein Owadally ressent que la crainte s'est installée dans la région. «Étant commerçant, je désinfecte tous les produits avant de les ranger. On sait qu'en cette journée (NdlR, hier), les retardataires vont acheter les cadeaux pour la famille», explique le jeune homme. Il déplore que certaines personnes aient montré un mauvais exemple au cours de ces derniers jours, surtout avec les images qui ont été partagées sur les réseaux sociaux.

En effet, certains ne portaient pas de masques et marchaient en groupes dans les rues de la capitale. «À Vallée-Pitot, les gens font de sorte à respecter toutes les consignes. Même chez un revendeur de gâteaux et friandises à la rue La Paix, les gens rentrent à tour de rôle.» Mais selon lui, les autorités pendant la période de confinement n'auraient pas dû accorder autant de Work Access Permit. «Cela a permis au virus de voyager encore plus dans le pays... »

Cette peur du virus s'est aussi installée chez Aumeer Mosaheb, commerçant également. «On entend tellement de rumeurs. On ne sait s'il y a du vrai dedans.» D'autant plus que mercredi le ministre de la santé Kailesh Jagutpal a laissé planer le doute au sujet de classer Port-Louis comme zone rouge. «Cela nous stresse. On attend les officiers du ministère de la Santé pour effectuer des tests.»

Il dit même craindre les consommateurs. «En tout cas, pour la fête de demain (NdlR, aujourd'hui), nous avons déjà pensé comment nous allons nous y prendre. Les prières seront dites à la maison et le repas se fera en petit comité. Moins de dix personnes. Le sacrifice sera de ne pas pouvoir aller saluer les autres membres de la famille. Mais la santé passe avant tout», explique Aumeer Mosaheb.

De son côté, Huzaifa Emambocus propriétaire de Deg d'Or, déplore la «mentalité» de certaines personnes. «Dans des rues, on a l'impression qu'il n'y a pas de Covid. La circulation est dense, les gens sortent», fustige-t-il. Ce dernier constate également que la distanciation physique n'est pas respectée. «Je fais en sorte que les clients respectent les gestes barrières quand ils viennent acheter de la nourriture. Mais ce n'est pas le cas partout.» Il espère un retour à la normale bientôt car la situation est difficile. «Le business ne tourne pas aussi bien. On sent que le public, soit pour des raisons économiques ou à cause de la maladie, n'achète pas autant qu'avant le confinement», soutient-il.

Les policiers testés

Tous les policiers du poste de police de Vallée-Pitot, qui ont été en contact avec le caretaker du collège G.M.D. Atchia, ont effectué leur test PCR, dans la journée d'hier. Selon l'inspecteur Shiva Coothen du Police Press Office, la fermeture du poste de police n'est pas d'actualité. Il faudra attendre les résultats.

Selon les policiers concernés, plusieurs affirment que le caretaker se rendait souvent au poste de police pour récupérer les clefs de l'établissement scolaire. Ils se disent inquiets et se demandent s'ils n'ont pas déjà été contaminés. «Stasion finn roul normal dépi lanons minis, alor ki misié-la vini kozé tousala ek plizier dant nou. Ki pou arivé si nou al transmet sa nou fami ou mem bann dimounn ki pé vinn la.»

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X