Ethiopie: Dans le Tigré, les habitants de Mekelle face à une économie sinistrée par le conflit

La guerre du Tigré plombe l'économie. Depuis novembre, la guerre entre le pouvoir central et l'ancien pouvoir local du TPLF a entraîné des milliers de morts, une insécurité généralisée et une grave crise économique. Dans la capitale, Mekelle, si la situation est plutôt calme, la population peine à vivre normalement. Reportage.

Trois ans qu'Ezzedine Abdallah tient un magasin d'alimentation. Jamais il n'a subi une telle crise et surtout une telle flambée des prix. « Les grossistes d'Addis Abéba ont peur d'envoyer leurs produits au Tigré, parce que leur camion pourrait être attaqué. En plus il y a le Covid-19 et les invasions de criquets. Tout cela entraîne des pénuries et les prix montent. »

Face à l'inflation, les habitants rationnent leurs achats. Terlay rentre chez lui avec un kilo de bananes acheté à prix d'or. « Leur prix a doublé. C'est à cause de la situation générale. Les routes sont bloquées. Les marchandises arrivent difficilement et deviennent plus rares. Aujourd'hui, ma famille à la campagne me ramène certains produits devenus trop chers ici. Et puis on ne dépense plus en loisirs. On est en guerre. Donc le soir on ne sort pas. »

La situation est même devenue intenable et de nombreux commerces ont fermé. Tedros vend du matériel de construction. Il ne travaille plus depuis six mois. « Quand l'armée est arrivée en ville, des voleurs ont attaqué les commerces. Nous avons été braqués. Le matériel qu'on a pu sauver a été ramené chez nous. Depuis on reste fermés. Pour l'instant on vit sur nos économies. »

Pour les habitants, seule la paix pourrait rétablir la situation. Or les observateurs estiment qu'au contraire, l'insécurité ne fait qu'augmenter au fil des mois.

A La Une: Ethiopie

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X