Maroc: Un vent nouveau souffle sur la Plaza Toro de Tanger

Tanger — Le projet de remise à niveau de l'emblématique Plaza Toro de Tanger promet de redonner une nouvelle vie à ce monument historique unique au Maroc, qui témoigne de la pluralité patrimoniale de la ville du détroit.

Construite en 1949 par des Espagnols qui vivaient à Tanger et qui ont souhaité transmettre un aspect du patrimoine et de la culture espagnole au Maroc, la Plaza Toro, également appelée les arènes de Tanger, a longtemps abrité des courses de taureaux et des corridas, a confié à la MAP le conservateur régional du patrimoine de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Larbi El Mesbahi.

Arrêtés après l'indépendance du Maroc, les spectacles tauromachiques ont été repris dans les arènes de Tanger en 1970. Une reprise qui n'a pas fait long feu puisque le bâtiment a abrité sa dernière course la même année, avec un spectacle ayant laissé une empreinte importante dans la scène culturelle de la ville.

Ce lieu a ensuite servi en tant que caserne militaire, puis en tant qu'espace pour l'organisation de nombre d'activités, notamment des salons, a fait savoir M. El Mesbahi, ajoutant que la Plaza Toro a par la suite été fermée depuis les années 80, ce qui a engendré une dégradation de la bâtisse.

Les arènes de Tanger ont même fait l'objet d'une possible démolition à un certain moment, en faveur d'un grand espace commercial, mais le combat acharné de la société civile a permis non seulement de sauver la Plaza Toro, lieu unique en son genre au Maroc, mais également de la classer monument historique par le ministère de la culture.

En effet, le Maroc comptait à l'époque uniquement deux arènes de tauromachie, l'une à Casablanca et l'autre à Tanger, a expliqué M. El Mesbahi, soulignant qu'avec la démolition de celle de Casablanca durant les années 70, les arènes de Tanger sont devenues l'unique monument du genre dans le Royaume.

Depuis quelques années, la réhabilitation de ce monument est au centre des discussions, afin d'en faire un levier de développement de la ville et de le transformer en espace pour accueillir différentes manifestations culturelles et sportives, tout en lui insufflant une fonction commerciale, a poursuivi le conservateur régional du patrimoine, faisant savoir que le projet de la remise à niveau de la Plaza Toro a été récemment lancé.

Ce projet s'inscrit dans le cadre d'une convention de partenariat liant l'Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN), la Wilaya de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, le Conseil régional et la commune de Tanger, avec une estimation budgétaire s'élevant à 50 millions de dirhams.

L'APDN, en collaboration avec l'ordre des architectes de Tanger, avait lancé une consultation architecturale en vue de désigner un maître d'œuvre qui sera chargé de la conception, du suivi et du contrôle des travaux de restauration et réhabilitation à l'identique des arènes de Tanger. Consultation qui s'est soldée par une remise des prix aux trois projets lauréats et la désignation du groupement d'architectes ayant remporté le contrat de réhabilitation.

La plaza Toro sera ainsi convertie en un espace d'animation économique, culturelle et artistique avec un programme diversifié incluant un espace de spectacle de 7.000 places assises pour revivre une panoplie d'arts de scène, ainsi qu'un espace d'expositions et de restauration, en plus d'un espace commercial.

Le site des arènes, qui sera ceinturé d'un espace public disposant de parkings, mobiliers urbains, d'une fontaine et d'une agora pouvant accueillir 120 personnes, ainsi qu'un espace d'exposition extérieur, sera restauré à l'identique, afin de préserver l'aspect historique du monument, tout en l'intégrant au développement socio-économique et culturel de la ville de Tanger.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X