Sénégal: Plaidoyer pour le financement du sous-secteur des équidés

Ngayokhème — Le ministre de l'Elevage et des Productions animales, Aly Saleh Diop, a invité, samedi à Ngayokhème, une commune du département de Fatick, les collectivités territoriales et les institutions de financement à s'impliquer dans la formation des acteurs du sous secteur des équidés.

"J'invite toutes les collectivités locales, le Fonds de stabulation, la Délégation à l'entreprenariat rapide (DER), les partenaires au développement à s'impliquer dans le financement de la formation des sociaux professionnels dans le but de lutter contre le sous emploi, le manque de professionnalisme et la pauvreté des acteurs sociaux professionnels du sous secteur des équidés", a déclaré M. Diop.

Il s'exprimait lors de la cérémonie officielle de célébration de la Journée nationale de promotion du bien-être des équidés (cheveux-ânes) organisée dans la commune de Ngayokhème.

Etaient présents le ministre des Sports Matar Bâ, par ailleurs maire de la commune de Fatick, et Mbagnick Ndiaye, ancien ministre et maire de Ngayokhème, lees autorités administratives, les élus locaux, les acteurs de l'élevage.

Aly Saleh Diop a rappelé que son département s'est engagé dans la mise en place d'une gestion professionnelle du sous-secteur des équidés pour induire son développement.

"Le développement des métiers liés à l'utilisation des équidés, moteur d'insertion de création d'emplois, de main d'œuvre, s'inscrit au rang de priorité", a-t-il dit.

Le ministre a exhorté les populations à œuvrer pour le bien-être des équidés, "ces nobles créatures vecteurs de développement".

"Malgré l'importance de leur rôle dans cette société, les équidés subissent de nombreux préjudices", a souligné M. Diop, relevant que des réformes avaient été engagées en vue "de réglementer le transport hippomobile".

Selon lui, "le bien-être de l'équidé ne peut pas être dissocié de celui de son propriétaire".

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X