Mali: Tractations en cours pour la formation d'un nouveau gouvernement

L'Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) se prépare à lancer une grève à partir du lundi 17 mai 2021. (Photo d'archives)

Après sa démission ce vendredi 14 mai, et celle de son gouvernement, le Premier ministre malien Moctar Ouane, reconduit à son poste, a été chargé, par le président de la Transition, Bah N'daw, de former un nouveau gouvernement. Les tractations sont en cours mais la tâche est pour le moment ardue.

En reconduisant à son poste le Premier ministre malien Moctar Ouane qu'on lui avait plutôt imposé il y a neuf mois, le président de la Transition Bah N'daw a voulu faire passer un message clair : « Pour moi, c'est aujourd'hui l'homme de la situation. »

D'après nos informations, il lui a demandé de former un gouvernement de large ouverture incluant entre 25 à 33 membres. Des consultations sont en cours et des leaders politiques maliens ont même annulé des voyages prévus pour participer au débat.

Cependant, la tâche n'est pour le moment pas facile. Les militaires anciens putschistes vont-ils rester aux postes clés comme la Défense ou encore la Sécurité et la Réconciliation nationale, notamment ? Surtout qu'une rumeur, vite démentie, laissait entendre que des militaires étaient mécontents et montraient leurs muscles.

Le M5 pas pret à faire partie du prochain gouvernement

Une source proche du dossier rassure et affirme que le président de la Transition et son Premier ministre sont en phase. Il faut associer tout le monde mais personne ne doit entraver la marche de la transition.

Selon nos informations, plusieurs chefs d'État de la sous-région ainsi que l'ONU ont déjà tenu à réaffirmer leur soutien au processus de transition au Mali. Reste cependant le M5, mouvement de contestation qui a participé à la chute de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta. Tout en prenant acte de la démission du gouvernement, il n'est pas prêt à faire partie de la future équipe.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X