Afrique du Sud: Jacob Zuma devant la justice pour une affaire de corruption avec Thalès

President Jacob Zuma.

L'ancien président sud-africain Jacob Zuma attendu au tribunal ce lundi 17 mai, à la haute-cour de Pietermaritzburg dans sa province du KwaZulu-Natal. Zuma est poursuivi dans une affaire de corruption avec l'industriel militaire français Thalès.

Les faits remontent à 1999 quand Jacob Zuma était vice-président d'Afrique du Sud. Il est accusé d'avoir reçu des pots-de-vin la part de Thalès autour d'un contrat d'armement avoisinant au total les 3 milliards d'euros.

Fraude, trafic d'influence et extorsion. Voici les chefs d'accusations qui pèsent à la fois sur Jacob Zuma et sur l'entreprise française d'armement Thalès. C'est l'État sud-africain le plaignant. Il soutient que Jacob Zuma a été soudoyé par Thalès pour protéger l'entreprise d'un éventuel procès sur les conditions d'attribution d'un juteux contrat d'armement.

Ce procès hors norme, présenté comme l'un des plus importants de l'histoire récente du pays, devrait voir défiler plus de 200 témoins. Ils seront entendus jusqu'au 20 juin si le calendrier est tenu. Et ce sera d'ailleurs la seule incertitude de ce premier jour d'audience, le procès pourra-t-il commencer ?

La nouvelle équipe juridique de Jacob Zuma pourrait demander un délai supplémentaire afin de préparer sa défense. Conséquence d'une fracassante démission au mois d'avril. Les avocats de Jacob Zuma avaient lâché leur client, sans expliquer pourquoi. Depuis sa mise en cause, Jacob Zuma a multiplié les recours pour éviter un procès. Il se dit persécuté.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X