Madagascar: Le PAM et la FAO alertent sur l'insécurité alimentaire dans le Sud

Deux agences onusiennes, le PAM (Programme Alimentaire Mondial) et la FAO (l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) alertent à nouveau sur la sécurité alimentaire dans le sud de l'île, qui ne cesse de se dégrader depuis le début de la crise en octobre dernier.

C'est une crise humanitaire sans précédent dans le sud du pays et qui risque de rester invisible, alerte la FAO et le PAM, le Programme alimentaire mondial. Un peu plus d'un million personnes se trouvent actuellement à des niveaux d'insécurité alimentaire aiguë, dont 14 000 sont passés récemment en phase 5, c'est-à-dire situation de « catastrophe ».

Dans le cadre intégré de la classification de sécurité alimentaire du PAM, il s'agit de la phase la plus élevée, qui implique une « protection très urgente des vies humaines » et une assistance complète sur les besoins les plus élémentaires (nourriture, eau, logement... ).

Depuis l'introduction de cette méthodologie en 2016, c'est la première fois que des personnes sont enregistrées dans cette phase sur la Grande Île. Et l'organisation estime qu'il faut prendre des mesures urgentes, sans quoi le nombre de Malgaches en situation de catastrophe pourrait doubler à partir du mois d'octobre.

Pour Arduilo Mangoni, le directeur adjoint du PAM, il faudrait environ 90 millions de dollars, (soit 15 millions par mois) pour apporter une aide vitale à la population. « Ce que nous avons fait depuis l'automne dernier n'est pas suffisant », estime-t-il, le taux de malnutrition a doublé en quelques mois, passant de 8% à 16% dans les districts les plus touchés. L'indice 5 du PAM ne concerne que trois pays au monde, le Yémen, le Soudan du Sud et Madagascar.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X