Mauritanie: Santé de reproduction - La question de l'infertilité, parlons-en !

L'ancien Palais des Congrès de Nouakchott a abrité ce samedi 15 mai 2021, une journée scientifique de sensibilisation, de débas et discussions autour de la question de l'infertilité.

Organisée par l'Association Mauritanienne pour la Promotion de la Santé de Reproduction, sous le haut patronage de la Première Dame, Dr Mariem Mohamed Fadel Dah qui en a supervisé l'ouverture, cette journée de sensibilisation, véritable grande table ronde, s'est tenue sous le slogan «Stérilité: Parlons-en ».

Et pour cause ! Le sujet de l'infertilité a toujours été - et reste surtout chez nous - sinon un tabou, du moins un luxe que l'on traite l'extérieur, même s'il s'agit des questions médicales, sociales, environnementales, politiques et ethiques sur lesquelles il faut pourtant intervenir.

L'Association Mauritanienne pour la Promotion de la Santé Reproductive qui a longtemps mené campagne de sensibilisation sur le sujet et utilisé les réseaux sociaux, pour que les concernés soient accompagnés par les Pouvoirs publics et pour que se manifeste une volonté politique qui instaure une prise en charge des familles souffrant d'infertilité, aura donc réussi son pari.

Car, c'est cette prise de conscience de l'importance de la question de l'infertilité laquelle provoque une forme d'exclusion sociale et parce qu'elle est peu prise en compte par les acteurs de la santé publique à telle enseigne qu'elle soit quasiment invisible dans le champ de la santé de la reproduction, que la Première Dame, elle-même médecin de formation, s'est laissée convaincre par l'impérieuse nécessité d'apporter son soutien au laborieux travail de l'Association Mauritanienne pour la Promotion de la Santé Reproductive pour palier au manque de visibilité de cette problématique, source de stigmatisation et de difficultés multiples notamment familiales et financières.

Ce parrainage de la manifestation d'aujourd'hui par la Première Dame qui a assisté au lancement des activités de cette première journée, tout comme la venue de l'épouse du Premier ministre, dénote une volonté politique au plus haut niveau de l'État, de changer la donne.

A son arrivée au Palais des congrès, la Première Dame, Dr. Mariem Mohamed Fadel Dah a été accueillie par le Ministre de la Santé, la Ministre des Affaires Sociales, de l'Enfance et de la Famille, le wali de Nouakchott Ouest, le maire de la commune de Tevragh-Zeina et des représentants et acteurs du monde médical et des organisations non gouvernementales.

Dans la salle des conférences, le déplacement de la Première Dame sera accueilli par une standing ovation fort nourrie et la présence en grand nombre des femmes en rajoutera à l'événement.

En organisant cette réunion de sensibilisation sur les problèmes d'infertilité, l'Association Mauritanienne pour la Promotion de la Santé Reproductive met l'accent sur la nécessité d'encourager et développer l'utilisation des services de santé reproductive liés à l'infertilité, et de rendre plus facilement accessibles les possibilités de recourir à l'assistance médicale à la procréation autant pour les femmes, les hommes que pour les couples sans enfant.

Le Ministre de la Santé, Dr. Mohamed Nedhirou Ould Hamed, s'en ira d'abord rappeler dans un discours prononcé à l'occasion, la place qu'occupe, dans le programme de Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, la santé des citoyens en général et la santé maternelle et infantile en particulier. Il passera en revue les exemples des formidables réalisations qu'il a évaluées et les ressources considérables allouées à ces réformes pour offrir le plus haut niveau de santé aux citoyens, dans cette conjoncture de pandémie planétaire de la Covid-19 avec le recrutement de plus de 1600 personnels médicaux et paramédicaux, l'amélioration significative des conditions de vie de tous les agents de santé et la généralisation de la prime de risque à tous les groupes vulnérables.

Ould Hamed a loué les efforts énormes fournis par les équipes de santé pendant les première et deuxième vague de la Covid-19, avant d'insister sur l'impérieuse nécessité de respecter les mesures préventives et de se rendre dans les centres de santé hospitaliers pour être vaccinés contre le coronavirus.

Le Ministre de la Santé qui a précisé que le guide de traitement des malades avait été publié en coopération avec toutes les sociétés scientifiques et a formulé l'espoir de le voir appliqué sur le terrain, a souligné le rôle joué par la Société de gynécologie et obstétrique dans la publication de ce guide.

Le Ministre a précisé qu'en ce qui concerne la qualité des services, une direction centrale a été affectée à cette mission et travaille avec les partenaires techniques et financiers pour bénéficier de l'expérience internationale et dans la sous-région, rappelant le pas de géant franchi il y a un an, avec la généralisation et la réduction du coût du forfait obstétrical pour toutes les femmes enceintes pour donner à la mère et à l'enfant, le droit à un service gratuit sur l'ensemble du territoire national.

Pour sa part, le Président de l'Association Mauritanienne pour la Promotion de la Santé Reproductive, Dr. Mohamed Ould Abdel Kader, plus connu sous le nom de Hamma Ould Abdel Kader, a souligné que la mise en place du Programme National de Santé Reproductive en Mauritanie avait consacré la planification familiale qui, malgré son importance pour améliorer la santé des mères, connaît encore certains obstacles.

Dr. Hamma Ould Abdel Kader notera que l'un des objectifs les plus importants de l'Association qu'il préside, est que les concernés sachent qu'ils ont des gens à leur écoute mais aussi de travailler pour corriger cet état de fait qui relègue la stérilité au rang de parent pauvre du Programme National de Santé Reproductive alors que des femmes, des hommes et des couples sans enfant et de plus en plus nombreux souffrent en silence en raison de la difficulté d'exprimer leur problèmes du fait de certaines considérations sociales.

Il ajoutera que l'infertilité qui n'a pas de statistiques dans notre pays, ni de centre médical qui lui est dédié, ni de couverture sanitaire au niveau des caisses d'assurance maladie est à la fois un problème de santé et un problème social; les riches allant se soigner et trouver des solutions à l'étranger et les pauvres s'en remettant au charlatanisme.

Cela est d'autant plus vrai que la procréation dans notre société revêt une importance particulière, car elle constitue une sorte d'affirmation de soi et son retard est l'une des causes les plus importantes de frustration et de manque d'initiative, puisqu'elle est nécessaire à la régénération de l'élément humain.

De son côté, le représentant de l'Organisation mondiale de la santé, M. Patrick Kaboré, a indiqué que la question de l'infertilité est extrêmement importante pour son impact sur l'individu, la famille et la société, et se doit, par conséquence d'être éclaircie et trouver des solutions appropriées pour la réduire ou l'éliminer précisant que 48 millions de personnes dans le monde en souffrent et que l'un des moyens les plus efficaces de la combattre est la prise de conscience et le changement des mentalités.

M. Kaboré ne manquera pas de féliciter l'Association Mauritanienne pour la Promotion de la Santé de la Reproduction pour l'attention portée à cette question, avant de saluer, à la fois les efforts des autorités mauritaniennes et leur rôle efficace dans ce domaine.

La journée de sensibilisation sur les questions de l'infertilité sera marquée par des exposés scientifiques présentant les conditions nécessaires pour une bonne conception que sont la production d'ovocytes et de spermatozoïde la bonne perméabilité tubaire et utérine la qualité des spermatozoïdes, la capacité de fécondation des ovocytes et la bonne implantation de l'embryon dans l'utérus.

D'autres interventions seront faites par des sociologues, des urologues, sans compter l'avis religieux favorable à la quête de solutions à l'infertilité.

Plus de: ANI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X