Sénégal: [Zoom] Entre tradition et modernité - L'empreinte des Signares à Saint-Louis

À Saint-Louis du Sénégal, le métissage est ancien. Il date du 18ème siècle. Les filles métissées se sont fait une place au soleil en constituant une classe sociale à part. Elles sont devenues ces célèbres Signares, remarquables, jeunes entreprenantes, puissantes propriétaires terriennes. Tranches de vies.

En cette belle journée du jeudi 6 mai, nous avons la chance de nous entretenir, sur le passage pédestre du pont Faidherbe, avec un vieux professeur d'histoire et de géographie, domicilié au Nord de l'île à Saint-Louis. Il est particulièrement intéressé par tout ce qui touche à la vie des Signares.

Accoudé à la rampe de protection du passage piétonnier, cet octogénaire, en l'occurrence M. B. Fall, témoin de l'histoire, nous taquine en faisant comprendre que les jeunes filles de la ville Saint-Louis ont, en général, hérité des Signares le secret de la séduction, qui fait qu'elles sont souvent épousées par des fonctionnaires en service à Saint-Louis. «Elles sont hospitalières, serviables, bien éduquées... », détaille notre interlocuteur. Celui-ci poursuit la description : «Les Saint-Louisiennes savent comment parler avec les étrangers, maîtrisent l'art culinaire de la vieille cité, sont très patientes».

À la descente du pont Faidherbe, à hauteur de l'Agence régionale de la Grande poste, nous interpellons cette dame domiciliée à Guet-Ndar. Elle est prête à interpréter une des belles chansons de l'époque coloniale, qui accompagnaient les Signares au moment où elles se rendaient à l'église, pour la messe de minuit du 24 décembre. «Je peux chanter, mais je ne peux pas vous rappeler cette histoire des Signares». Elle nous met, séance tenante, en rapport avec son mari qui s'affaire aux alentours.

Ce dernier est d'une énergie débordante. D'un geste emphatique, il nous salue avec des mains déformées par des travaux champêtres longtemps effectués dans les champs d'oignon du Gandiolais. Des mains larges et rugueuses comme celles des terrassiers, crevassées par les hilaires, qui nous tiennent en respect en nous faisant tituber.

ÉPOPÉE

Il requiert l'anonymat pour nous confier : «Saint-Louis est toujours fière de porter l'histoire de ces belles Signares, qui étaient très riches, qui maniaient bien la langue française, les dialectes, qui nous apprenaient la culture française tout en nous exhortant à conserver nos valeurs traditionnelles, nos coutumes ancestrales ; ces dames métissées ont marqué d'une empreinte indélébile la civilisation de cette ville tricentenaire».

À 17h 45, nous sommes à la recherche de Louis Camara, ancien professeur de français, Grand prix du Chef de l'État pour les lettres de l'édition 1996. L'on éprouve du plaisir à se promener dans cette ville charmante, chatoyante, accueillante et attractive. En effet, les touristes et autres visiteurs, dès qu'ils mettent les pieds dans cette vieille cité, sont fortement impressionnés par la beauté étincelante et noble de ce centre d'élégance que certains écrivains considèrent comme un joyau des tropiques.

Ici, ce qui est frappant, de prime abord, c'est le halo lumineux d'une cité magique, née du mariage de la terre et des eaux du fleuve et de l'océan. Le promeneur est égayé par les lumières vives des vieilles chaumières, transformées au fil du temps, en réceptifs hôteliers et qui exhibent fièrement des silhouettes de naïades, qui continuent d'inspirer ces sommités du monde académique et autres intellectuels de gros calibre, prompts à produire des textes en prose, en alexandrins, des pamphlets, des poèmes, des romans, etc.

Saint-Louis est un creuset de métissage, de muses, une ville amphibie, radieuse, qui déroule ses méandres, sa belle carte, la couleur émeraude de son fleuve, qui continue de convoquer et de convoquer des élans de lyrisme.

BELLES FEMMES SÉRÈRES

Selon Louis Camara, signare vient du terme «senhoras», utilisé à l'époque par les voyageurs portugais, pour désigner ces belles femmes sérères, à la noirceur d'ébène, qu'ils n'hésitaient pas à épouser sur la Petite-Côte (c'était vers le 16ème siècle). L'usage s'est répandu ensuite à Gorée et à Saint-Louis. Mais on identifie beaucoup plus les senhoras, les signoras ou les Signares à l'histoire de Saint-Louis et de Gorée. Car, c'est dans ces deux villes qu'elles se sont le plus manifestées et leur présence a été la plus marquante. C'est à Saint-Louis, plus précisément, que le phénomène des Signares a pris une tournure particulière, du fait de leur présence plus remarquée, du rôle qu'elles ont eu à jouer sur les plans politique, économique et social.

À Saint-Louis, a-t-il souligné, on appelle communément Signares, les filles nées de l'union entre les colons blancs français (en particulier) et anglais, avec les femmes du terroir. Ces enfants métis devenues Signares étaient des femmes assez puissantes, sur tous les plans et ont joué un rôle déterminant dans l'histoire de la ville. Au début du 17ème siècle (ce n'était pas encore la colonisation), elles faisaient du commerce avec les autochtones, habitaient dans des forts, dans de vastes concessions.

On raconte qu'elles sont issues et bénéficiaient de mariages célébrés à la mode du pays, pour un temps bien déterminé, et que leurs époux français, au moment de retourner en France après avoir accompli leur mission à Saint-Louis, acceptaient de leur léguer l'ensemble de leurs biens. Du coup, elles devenaient très riches et géraient de grands domaines agricoles et avaient des esclaves domestiques ou de case, menaient une vie assez somptueuse. Au milieu du 19ème siècle, les Français étaient en pleine conquête coloniale. Et là, on ne peut pas ne pas citer le nom de Louis Faidherbe qui a fait de Saint-Louis une ville moderne. Les Français sont venus en grand nombre à Saint-Louis, pour les besoins de l'administration coloniale. Le phénomène du métissage s'est accru.

---------------------------------------------------------------------

MARIE MADELEINE DIALLO VALFROY, COMÉDIENNE

Une descendante de Signare, fière et nostalgique

Dans un album réalisé par le photographe et écrivain français Yves Barou, et intitulé «Effervescences africaines, Artistes de Saint-Louis», Marie Madeleine Diallo Valfroy, veuve du célèbre peintre, artiste et décorateur, Jacob Yacouba Diallo, nous raconte que sa famille est issue du métissage entre les femmes indigènes et les colons.

Ma grand-mère, a-t-elle précisé, «était elle-même métisse, ayant une mère peule qui venait du Macina, l'actuel Soudan, et un père français, elle a vécu avec François Valfroy, un militaire français, quand il est reparti, elle était enceinte et espérait son retour, mais il n'est jamais revenu».

C'était donc une Signare, a-t-elle souligné, «mon grand-père nous a légué son nom, la nationalité française et les biens qu'il avait acquis ici. Mon père en parlait peu, mais avait gardé la religion catholique ; il nous amenait à l'église. J'ai ainsi été élevée avec les deux religions, celle de mon père, le catholicisme, et celle de ma mère, l'Islam, et je célèbre toujours, bien que je sois musulmane, Noël comme la Tabaski».

Marie Madeleine, bien inspirée, a eu le réflexe et le mérite, en tant que descendante de Signare, d'organiser depuis une trentaine d'années, le 30 décembre, le défilé du Fanal sur la place Faidherbe.

Instauré à l'époque coloniale par les Signares se rendant à la messe de minuit, le Fanal est considéré comme l'une des fêtes les plus populaires de Saint-Louis du Sénégal. Au-delà de son caractère festif, la manifestation porte l'identité d'une ville réputée pour son bouillonnement culturel.

La tradition du Fanal a grandi dans le sud de l'île, dans le quartier Sindoné appelé encore Kertian. Un quartier dont les maisons gardent encore tout leur charme avec leur petit balcon en fer forgé à l'allure tropicale.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X