Afrique: [Carnet de route] Turquie - Istanbul, la ville aux 1000 sites captivants

Destination touristique séduisante, Istanbul est aussi une ville chargée d'histoire où modernité et tradition se côtoient, notamment du point de vue architectural. Ici, les sites touristiques captivants font florès et offrent un décor reluisant à cette ville cosmopolite de 20 millions d'habitants.

Du haut de l'avion, juste avant l'atterrissage, la ville d'Istanbul se dévoile à nos yeux, offrant un spectacle attrayant avec le reflet de ses lumières dans les eaux, en cette fin du mois de mars 2021. Mais Istanbul offre bien plus encore à voir, à découvrir. Et les nombreux touristes rencontrés sur place témoignent de la destination prisée de la Turquie. A notre atterrissage, nous accomplissons les formalités d'usage, surtout l'incontournable contrôle sanitaire, en cette période de pandémie de covid-19 où il faut se munir d'un test Covid-19 négatif avant d'embarquer. Puis, nous arpentons, à bord du minibus de l'hôtel, la route menant au centre-ville puis à notre hôtel. L'aube vient de s'installer. De hauts minarets surplombant la ville sont visibles de part et d'autre. Sous une pluie, nous arrivons à destination avant de ressortir deux heures après pour une visite dans les rues historiques d'Istanbul. La ville émerveille par le nombre élevé de sites à contempler. Musées, églises, palais, grandes mosquées, bazars et sites naturels rayonnants, autant de coins à visiter avec plaisir.

Le long de la rue d'Istiklal très fréquentée, sous une pluie, nous admirons, après quelques minutes de marche, la tour de Galata et l'Église Sainte-Sophie. Le thermomètre affiche près de 5°, avec un vent fort et glacial en cette période. Du haut de la tour de Galata située dans le quartier animé de Karaköy, Istanbul se découvre à nous dans son entièreté et son visage à deux facettes (moderne et traditionnel). La tour à l'architecture historique surplombe la ville cosmopolite peuplée de 20 millions d'habitants. Elle a une histoire.

« La tour de Galata a été construite vers 1348, et tout au long de son histoire, elle a surtout servi à la défense de la ville et à l'observation de la mer, c'est-à-dire des navires venus de la Corne d'Or. Elle a une histoire mouvementée, faite de destruction et de reconstruction. La tour est aujourd'hui l'un des monuments les plus visités d'Istanbul », confie notre guide, Ali Mesut Esmer. La tour de Galata est restée le plus haut bâtiment de la ville pendant plusieurs siècles. Elle offre toujours une vue panoramique sur la métropole qui est à cheval sur l'Europe et l'Asie. Istanbul est riche de milliers d'années d'histoire, d'une prodigieuse architecture à couper le souffle. Les stigmates grecs de l'antiquité sont encore présents. Y compris ceux laissés par les Perses, les Romains, les Byzantins, et des commerçants de la Route de la soie qui ont vécu ici de nombreux siècles durant. Le patrimoine culturel d'Istanbul est immense. Les rues de cette ville « qu'on appelle aussi la ville des Sept collines », d'après notre guide, sont un mélange de bâtiments modernes et anciens aux couleurs crème-glacée pour beaucoup d'entre eux et qui arpentent les hauteurs escarpées de cette cité collinaire, offrant ainsi une vue inouïe.

Coexistence religieuse pacifique

Istanbul, c'est aussi l'histoire des mosquées, des églises, des musées qui ont résisté au temps et se tiennent toujours debout des siècles après leur érection. A l'image de la Mosquée bleue et celle de la Grande Mosquée Sainte-Sophie, une ancienne basilique orthodoxe qui, tout au long de son histoire, a été transformée en mosquée, puis en musée; avant de redevenir aujourd'hui, une mosquée où défilent un nombre impressionnant de fidèles et de touristes venus d'horizons divers. Le site est captivant avec son marbre multicolore et les mosaïques de ses murs. « Dans le passé, l'endroit a servi de cathédrale byzantine (Constantinople d'alors). Puis la bâtisse a été convertie en cathédrale catholique. Elle a servi de 1453 à 1931, date à laquelle elle a été fermée Par la suite, de 1935 à 2020, le bâtiment a été érigé en musée avant d'être, en juillet 2020, transformé de nouveau en mosquée » explique Ali, notre guide.

Au lendemain de notre visite, avant de rallier la ville d'Edirne, nous sommes allés à la découverte de la Mosquée Bleue (Sultan Ahmet Cami en turc) qui est aussi une merveille. Située à deux pas de Sainte-Sophie, le lieu de culte se tient debout joyeusement dans le vieil Istanbul, avec ses six minarets défiant les hauteurs, ses carreaux bleus, très subtils qui ornent l'intérieur, et son dôme en bleu. La Mosquée bleue a été construite entre 1609 et 1616, elle abrite la tombe de son fondateur, le sultan Ahmed I.

Istanbul reste aussi le symbole d'une coexistence religieuse pacifique avec toutes ces mosquées, églises, synagogues qui se côtoient des siècles durant. Nombre de ces sites sont inscrits dans le patrimoine mondial de l'Unesco.

Parmi les fiertés istanbuliotes, on peut citer le palais de Topkapi, qui offre à découvrir d'autres merveilles religieuses telles que, la chambre des saintes reliques, le manteau béni et la bannière sacrée du Prophète Mohamed (Psl) conservés dans des coffres dorés. On y retrouve également des armures anciennes, des bijoux précieux, des armes de combat qui datent des siècles. Si la ville d'Istanbul est aussi séduisante côté tourisme religieux, l'archipel des neuf îles de la mer de Marmara, connu sous le nom des îles des princes, constitue lui aussi, un endroit paradisiaque que l'on aperçoit à partir de la ville.

Edirne, ville d'hospitalité et d'art culinaire

En allant à bus à Edirne, ville située à la frontière avec la Grèce et la Bulgarie, nous traversons un paysage verdoyant, témoin de l'installation de la saison des pluies dans cette partie du pays à vocation agricole. Au loin, des champs verdoyants sur les plaines montagneuses défilent sous nos yeux. A l'arrivée, nous sommes accueillis avec une grande chaleur humaine et de délicieux mets locaux. Peuplée d'environ 300 000 habitants, la ville se situe dans la partie européenne de la Turquie et regorge, elle aussi, de sites touristiques impressionnants. C'est l'exemple de la grande Mosquée Selimiye construite sur ordre du Sultan Selim II, dans la période allant de 1568 à 1575 et placée sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 2011. Cette imposante bâtisse surplombe toute la ville d'Edirne et est visible à tous les coins de la cité avec son dôme et ses quatre minarets. « La Mosquée reçoit un nombre impressionnant de visiteurs annuellement. Elle a une capacité de 4300 places », indique son Imam qui nous guide, lors de la visite. Avec ses pierres façonnées, son marbre, ses carreaux émaillés, ses sculptures sur bois et ses incrustations de nacre, cette mosquée reste ainsi le premier bâtiment monumental original d'Edirne qui a survécu au temps et séduit toujours.

Pour l'histoire, Edirne est devenue la capitale de l'Empire ottoman de 1369 à 1453. La ville accueille le festival annuel de lutte à l'huile turque. Un évènement très célèbre et connu de tout le pays, d'après notre guide, et qui a lieu chaque année en fin juin ou début juillet. A notre passage dans la cité, nous avons eu droit à une démonstration de lutte. Un spectacle attirant et captivant. D'autres festivals sont aussi organisés ici, nous indique-t-on.

Edirne possède également une riche variété de sites attractifs, historiques et culturels. Des monuments de tous genres et des vestiges historiques y subsistent encore. En visitant l'église Saint-Georges, nous avons eu la chance de tomber sur un coin spécial abritant des costumes traditionnels bulgares. Il y a aussi des couverts utilisés autrefois par les familles bulgares traditionnelles. Tout semble se conserver soigneusement ici. « La ville abrite également la deuxième plus grande synagogue d'Europe. En 1905, elle a été ravagée par un grand incendie qui a englouti Edirne, mais sur ordre du sultan Abdulhamid II, le lieu de culte a été reconstruit et rouvert. La synagogue a de nouveau été rénovée en 2010 et est ouverte au culte », explique notre guide.

Sur le plan culinaire, Edirne a des atouts assez spéciaux. La ville le doit à sa riche histoire faite de brassage avec différentes cultures ainsi que sa situation géographique (centre d'une riche culture culinaire). Son fromage, le foie d'Edirne, la pâte d'amande, les biscuits aux amandes d'Edirne, le riz Ipsala produit à Edirne, le foie Sarma... sont autant.de mets succulents de la cuisine de la localité.

(envoyé spécial à Istanbul)

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X