Ile Maurice: Bloquée à La Réunion, le désespoir de Marie-Françoise qui veut rentrer à Maurice

La semaine dernière, plusieurs Mauriciens bloqués à La Réunion se sont exprimés sur leurs problèmes pour rentrer au pays. Parmi eux, Marie-Françoise, une mère de famille, originaire de Quatre-Bornes, désespère de rentrer pour être aux côtés des membres de sa famille très malades...

Assise dans sa maison à La Réunion, accrochée au téléphone, Marie-Françoise a le cœur lourd. Chaque jour qui passe sans qu'elle ne puisse rentrer pour être avec sa famille à Maurice, lui est insoutenable. En effet, cette Mauricienne d'une cinquantaine d'années installée à la Réunion, ne pensait pas qu'un jour elle ne pourrait pas être auprès de ses proches alors qu'ils ont le plus besoin d'elle.

Cela fait un an déjà depuis qu'elle les a tenus dans ses bras pour la dernière fois. Elle ne s'attendait pas à ce moment-là que ce serait un parcours du combattant pour les revoir. Depuis qu'elle a posé ses valises pour fonder sa famille à La Réunion, Marie-Françoise faisait le va-et-vient entre l'île sœur et sa maison familiale à Quatre-Bornes jusqu'à l'année dernière. «La date de mon dernier séjour à l'île Maurice remonte à mars 2020. Mon retour était prévu au mois de juin 2020 mais cela n'a pas pu se faire à cause de la pandémie en cours.»

Si ce n'était que la pandémie qui les séparait, sans soucis et sans peine, elle l'aurait mieux pris mais le destin en a décidé autrement et la maladie s'est abattue sur sa famille. Tout d'abord, sa mère qu'elle aime tant a été diagnostiquée de la maladie d'Alzheimer. Plus les jours passent, plus ses souvenirs s'effacent et Marie-Françoise est bien trop loin pour lui tenir compagnie ou lui rappeler son existence. Comme si ce n'était pas suffisant, deux mois après son départ, un autre malheur frappe sa famille. «Ma sœur est tombée dans le coma au mois de mai 2020 et a été opérée de la tête en Inde deux mois après. J'ai voulu revenir à Maurice pour être aussi à ses côtés mais cela s'est avéré impossible à cause du Covid-19.»

Pour Marie-Françoise, le fait de ne pas pouvoir être aux côtés de sa sœur et de sa mère lui était déjà insoutenable, mais d'autres malheurs ont frappé à la porte de ses proches. «Au mois de novembre 2020, mon frère est tombé gravement malade et il a subi une intervention chirurgicale à cœur ouvert. Par la suite, mon autre frère aussi est tombé malade. Il a lui aussi subi une intervention chirurgicale pour son pancréas malade et je n'ai pas pu non plus lui rendre visite à Maurice.»

La voix brisée et après des pauses accompagnées de silences qui en disent long, Marie-Françoise explique que la vie lui semble insupportable. Même si elle a ses deux enfants et son époux à ses côtés, le fait de savoir que les per- sonnes avec qui elle a grandi, ceux qui ont fait d'elle ce qu'elle est aujourd'hui, sont mal sans qu'elle ne puisse être avec eux la déstabilise énormément. «Vous ne pouvez imaginer ce que cela fait de savoir que la santé de vos proches s'est fragilisée et que leurs vies ne tiennent qu'à un fil sans que vous ne puissiez être là. Maurice c'est mon pays natal, ce n'est pas possible que je ne puisse être avec eux.»

Par ailleurs, ce qui la chiffonne encore plus, c'est la somme qu'on lui a demandée de payer si elle arrive à rentrer. Sa famille ayant passé par plusieurs tourments financiers pour guérir certains d'entre eux, cela était déjà difficile. «Maintenant on me demande de payer des frais de quarantaine qui sont au-delà de mes moyens. Comment cela peut-il être possible ? Je ne rentre pas à Maurice pour des vacances mais pour être auprès des miens qui sont dans un état critique avec des preuves ; ce n'est pas normal qu'on me demande autant pour retrouver ma famille.»

Pour Marie-Françoise, il est impératif que le gouvernement mauricien bouge pour que non seulement les Mauriciens puissent rentrer dans leur pays mais aussi qu'ils ne se ruinent pas pour pouvoir le faire. En attendant des nouvelles et des explications, cette fille, cette maman et cette sœur meurtrie par le chagrin regarde l'horizon chaque jour en se demandant quand elle pourra retrouver ses proches...

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X