Afrique du Sud: Jacob Zuma à la barre

L'ancien Chef d'Etat Sud-Africain comparait ce lundi pour des accusations de corruption. Les charges retenues font suite à des accords conclus avec la société française Thales pour un contrat d'armement dont il aurait reçu des pots de vin en 1999.

C'est le début d'un long périple judiciaire auquel Jacob Zuma est confronté à partir de ce lundi 17 mai 2021 à Pietermaritzburg. En effet, l'ex chef d'Etat fait face à des accusations de corruption résultant d'un accord passé avec le géant français Thales qui aussi se retrouve dans le même boxe des accusés. Ce dernier aurait versé des pots de vin d'environ 235.000 euros (soit 4.000.000 rands) en 1999 pour un contrat d'armement estimé à 3 milliards d'euros.

Cependant, l'ancien président devra également répondre à d'autres chefs d'accusation, notamment d'extorsion et blanchiment d'argent. Des faits qui remontent à la même année (1999) alors qu'il occupait le poste de vice-président à ce moment.

Ce procès a eu un grand retentissement à travers le pays, et la classe politique n'a pas manqué de réagir. Pour l'heure, Jacob Zuma doit se départir de ce procès et des charges qui pèsent contre lui.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X