Tchad: La société civile dénonce l'attitude de l'UA

La société civile tchadienne lassée par la lenteur dans la publication, par l'Union africaine, de son communiqué final sur la situation au Tchad.

Depuis la prise du pouvoir par l'armée au lendemain de la mort du président Idriss Déby Itno, le Conseil de paix et sécurité de l'UA est restée muette sur le dossier.

L'Union africaine avait certes envoyé une mission à N'djamena pour déterminer si l'organisation devait prendre des sanctions contre le pays mais le sujet semble toujours diviser le Conseil. "Le retard que l'Union africaine accuse pour la publication de son communiqué final, en dépit de sa décision de ne pas sanctionner le Tchad malgré ce coup de force, est révélateur d'une situation de malaise qui existe au sein de l'Union" pensel'avocate Delphine Djiraibé, responsable du Centre juridique d'intérêt public et ancienne présidente de l'Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l'homme.

" Les pays membres de l'Union africaine qui sont attachés aux principes ne peuvent évidemment pas être d'accord avec cette situation de deux poids, deux mesures. D'où la difficulté de sortir un communiqué parce que, évidemment, les mots pour traduire cela seront certainement difficiles à trouver. On constate tout simplement que l'Union africaine a encore raté l'occasion de gérer la situation du Tchad de la façon qui tranche avec sa mauvaise réputation d'être un syndicat des chefs d'État!

L'Union africaine se rend ainsi complice de la souffrance du peuple tchadien, se rend complice de toutes ces violations des droits de l'homme, dont les plus récents sont les manifestations pacifiques réprimées dans le sang. Et la commission qui était venue ici au Tchad, a été témoin à vue, a entendu. Mais malgré cela, on se retrouve dans une situation de complaisance, une situation qui est tout sauf la justice" précise t-elle.

Le Tchad est dirigé par le général Mahamat Idriss Déby est à la tête du Conseil militaire de transition (CMT) formé à l'annonce, le 20 avril de la mort de son père, Idriss Déby Itno, qui dirigeait le Tchad d'une main de fer depuis 30 ans, officiellement des suites de blessures lors de combats contre des rebelles.

Le CMT a dissous l'Assemblée nationale et le gouvernement et abrogé la Constitution, avant de proclamer Mahamat Déby président de la République pour une période de "transition" de 18 mois, au terme de laquelle la junte a promis des "élections libres et transparentes".

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X