Afrique: L'ONU appelle à soutenir la transition au Soudan lors d'une conférence à Paris

Des manifestants dans les rues de la capitale soudanaise, Khartoum en avril 2019.
17 Mai 2021

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a appelé lundi la communauté internationale à aider le Soudan à consolider sa transition démocratique, à reconstruire son économie et à offrir une paix et un développement durable à sa population, lors d'une conférence organisée à Paris, en France.

Dans un message vidéo adressé aux participants de la conférence, le chef de l'ONU a félicité le gouvernement soudanais « d'avoir entrepris des réformes économiques difficiles ». « Celles-ci marquent des jalons majeurs sur la voie de la résilience et du progrès du pays », a-t-il ajouté.

Il a félicité également le gouvernement pour « les efforts qu'il déploie pour rétablir la paix avec les signataires et non signataires de l'Accord de paix de Juba et sa détermination à instaurer l'Etat de droit, à élargir l'espace civique et à assurer l'inclusion de tous ses citoyens ».

Selon le Secrétaire général, un appui généreux des donateurs permettra au Soudan d'alléger sa dette dans le cadre de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés. Il a félicité les pays qui ont aidé le Soudan à régler ses arriérés auprès des institutions financières internationales.

« Si l'assistance financière et les investissements ne sont pas disponibles, la situation économique toujours désastreuse pourrait gravement affecter la transition du Soudan, avec des conséquences négatives pour la paix et la stabilité dans le pays, la région et au-delà », a-t-il estimé.

Besoin d'investissements

Deux ans après la chute du régime d'Omar al-Bachir, « le Soudan a besoin d'investissements et d'un engagement soutenu pour la reconstruction, y compris de la part du secteur privé », a ajouté le chef de l'ONU, notant que le pays est de nouveau éligible au financement des institutions financières internationales.

Le Soudan est en effet désormais libéré des sanctions américaines qui le tenaient à l'écart des marchés financiers. Les Etats-Unis avaient inscrit le Soudan en1993 sur la « liste des Etats soutenant le terrorisme », notamment pour avoir accueilli le dirigeant d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden.

En décembre 2020, le gouvernement américain a retiré le pays de cette liste synonyme de sanctions économiques et d'entrave aux investissements étrangers.

Le pays a entamé une transition politique issue d'un « partenariat » entre civils et militaires et censée aboutir à des élections à l'horizon 2024. Mais le pays est confronté au poids écrasant d'une dette estimée à plus de 60 milliards de dollars et la série de réformes économiques menées par les autorités soudanaises est mal perçue par la société civile.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X