Sénégal: Tribunal des flagrants délits - Le journaliste Pape Ndiaye jugé ce lundi matin

Arrêté lundi dernier, inculpé et placé sous mandat de dépôt mercredi dernier pour escroquerie et acte de nature et jeter le discrédit sur une institution judiciaire, le journaliste Papa Ndiaye fera face aux juges du tribunal des flagrants délits de Dakar ce lundi matin.

La procédure qui vaut au chroniqueur de Walf, Pape Ndiaye, une détention préventive à la Maison d'arrêt et de correction (Mac) de Rebeuss depuis mercredi dernier est partie de la plainte de Mlle N. A. Ndir, informaticienne et gérante de l'entreprise «Seydi Ordi» appartenant à C. A. B. Sèye. Ce dernier est présentement sous mandat de dépôt à la Mac de Rebeuss pour recel d'ordinateur. À en croire la dame, qui a déposé une plainte à la Sûreté Urbaine (Su) de Dakar le 07 mai, son patron a été arrêté par le commissariat de Grand Yoff suite à un cambriolage perpétré par trois individus qui ont déclaré lui avoir cédé un des ordinateurs issu du butin.

Pour faire sortir Sèye de prison, elle a contacté P. M. Guèye, journaliste au Groupe Walfadjiri, qui l'a mis en rapport avec Papa Khone Ndiaye dit Pape Ndiaye, chroniqueur judiciaire à Walf Tv. Face aux enquêteurs, la dame a soutenu avoir remis au journaliste 500.000 FCfa en guise d'avance, sur 1.000.000 de FCfa réclamé par Pape Ndiaye. Dans une décharge établie le 20 mars 2020, l'animateur de l'émission «Balance» sur Walf Tv a reconnu avoir reçu ladite somme en prenant la précaution de mentionner qu'il s'agit d'un «prêt».

Malheureusement, la promesse de faire libérer le sieur Sèye n'a pas été respectée au bout des trois semaines convenues. Après avoir plusieurs fois relancé le journaliste en vain, la dame a fini par déposer une lettre plainte à la Sûreté urbaine (Su) de Dakar. C'est dans ces circonstances que le journaliste a été convoqué. Ne s'étant pas présenté devant les policiers, il a été interpellé. Compte tenu de son rôle d'intermédiaire, M. Guèye a été convoqué et entendu sur procès-verbal avant d'être libéré. Il a reconnu avoir mis en relation les deux parties.

Le mis en cause invoque une relation amoureuse

Au cours de son interrogatoire, Pape Ndiaye a soutenu qu'il entretenait une relation amoureuse avec la plaignante depuis 2019. C'est dans le cadre de cette relation qu'elle lui a prêté 500.000 FCfa pour ses charges familiales. Après son mariage avec une autre femme, la dame a exigé le remboursement de son argent d'où l'acharnement contre sa personne, s'est défendu le journaliste. Au sujet de leurs discussions via WhatsApp, constatées par voie d'huissier de justice, dans lesquelles la plaignante réclamait la somme citée, il a déclaré que cette conversation n'a rien à avoir avec cette affaire. Loin d'être convaincu par la version du journaliste, les enquêteurs de la Su l'ont placé en garde à vue.

Avant la fin de l'enquête, P. D. Diop s'est présenté à la Su pour déposer une lettre plainte contre le journaliste. Dans sa déposition, il a fait savoir que son frère A. Diop était incarcéré à la Mac de Kaolack pour offre et cession de drogue. Suite à une réunion familiale, Papa Ndiaye a été contacté. Il leur aurait réclamé 1.000.000 FCfa.

Le journaliste a dit, selon la partie plaignante, que le montant devait être partagé entre le Procureur de la République et le juge d'instruction en charge du dossier. Cet élément de l'enquête justifie, selon les enquêteurs, l'«acte de nature à jeter le discrédit sur l'institution judiciaire» retenu dans le dossier. Interrogé sur cette seconde plainte, Pape Ndiaye a déclaré qu'il s'agissait d'un prêt destiné à assurer ses dépenses quotidiennes. Il a ajouté que l'argent reçu n'était pas destiné à faire sortir A. Diop de prison.

Les réquisitions faites au niveau d'un réseau de transfert d'argent ont confirmé les versements des sommes. Au terme de l'enquête, Pape Ndiaye, déféré devant le procureur mercredi dernier pour escroquerie et acte de nature à jeter le discrédit sur une institution judiciaire, a été inculpé pour ces délits. Entre autres avocats, il a commis Mes Ciré Clédor Ly, Moussa Sarr, Mamadou Seck et El Hadji Badara Ndiaye.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X