Togo: Dr Spieker demande au juge de choisir entre l'honneur et le déshonneur

Détenu à la prison civile de Lomé après son arrestation le 29 avril , le président national du Front des Patriotes pour la Démocratie (FPD) va comparaître devant la justice ce mardi 18 mai 2021. Cependant Dr Spieker demande au juge de jouer dignement son rôle pour l'honneur du peuple togolais car selon lui les propos de Djimon Oré ne sont que des vérités inédites que d'autres n'ont pas eu le courage d'évoquer pour des raisons d'intérêts.

"Ce message à travers ces lignes, est particulièrement adressé au juge qui a le dossier en main et à l´avocat de Djimon Oré, et bien sûr, à Djimon Oré lui-même en tant que celui qui ose dire haut sur les antennes radio, ce que les autres murmurent seulement tout bas avec des calculs politiques pour ne pas fâcher la France ou ne pas se faire priver de visa au consulat de France en cas de besoin pour venir en Europe.

D´abord pour son avocat que je ne connais pas, je lui dis à travers ce message que c´est un grand honneur pour lui, de défendre quelqu´un contre les ennemis de notre pays face à l´asservissement du peuple par le système mis en place, communément appelé « Françafrique. » Toute sa défense sera concentrée sur ça. Ceci sera sa ligne de défense. Ni la comparaison avec le génocide rwandais, ni la liberté d´expression ne doivent être sa ligne de défense car le juge et le procureur chercheront à l´entraîner sur ces deux terrains-là pour une condamnation facile de Djimon Oré en invoquant l´atteinte à l´honneur des autorités de l´État ou la limite à la liberté d´expression. Ils vont par contre, chercher à éviter le débat lors de cette audience sur la Françafrique que dénonce Djimon Oré. Il faut les ramener tactiquement sur ce terrain pervers qui est la Françafrique mais que les dirigeants africains eux-mêmes aiment éviter d´en parler publiquement car leur longévité au pouvoir ou aux postes en dépend.

Pour le juge que je ne connais pas non plus et pour qui aussi j´ai du respect, osera-t-il condamner Djimon Oré qui défend l´intérêt du Togo et aime son pays face à cette Françafrique qui asservit notre continent ? Son honneur ou déshonneur en dépend grandement. Le peuple togolais saura de quel côté se place ce juge, à savoir s´il est pour son pays pour lequel il a prêté serment ou bien s´il est pour la France. Dans sa carrière du juge, il est face à l´histoire. Voilà le dossier qu´il a à juger le 18 mai 2021.

En prononçant la libération de Djimon Oré, les Togolais en déduiront qu´il a choisi son pays et son honneur. Mais en condamnant Djimon Oré, ils concluront que ce juge a choisi la France contre son pays tout en pâtissant son honneur.

Encore à l´avocat de la défense, vous allez défendre quelqu´un qui ose braver la France. Quelqu´un qui n´a pas peur de la France. Quelqu´un qui ne fait pas des calculs politiques en disant qu´un jour : « j irai demander un visa au consulat de France et on me le refusera si jamais je critiquais la France. » En un mot : un patriote qui place l´intérêt de son pays au-dessus de tout. C´est celui-là que vous avez l´honneur de défendre le mardi 18 mai 2021 et non quelqu´un qui porte atteinte à l´honneur d´une soi-disant autorité de l´État. Vous avez à défendre les intérêts du Togo face à un système qui nous opprime en Afrique et asservit le peuple africain.

Mardi 18 mai 2021, les yeux du peuple togolais seront braqués sur le palais de justice de Lomé pour voir, si le juge qui a ce dossier en main fera preuve du courage dans sa carrière du magistrat pour défendre son honneur et l´indépendance de la noble fonction du magistrat ou bien va chercher à tout prix à condamner Djimon Oré pour faire plaire à la France et au système en place. Dans ce dernier cas, il chercherait à orienter le débat sur le terrain de l´atteinte à l´honneur des autorités de l´Etat pour une condamnation facile. Mais habilement et tactiquement en tant qu´avocat, ramenez le débat sur le terrain de la Françafrique et l´idéologie de Djimon Oré qui est celle du combat contre un système mis en place par la France et qui nous asservit tous depuis 1963. Ne vous laisser pas non plus entraîner sur le terrain du génocide rwandais et sa comparaison avec la situation de notre pays car c´est un terrain facile pour le condamner. C´est cette comparaison qu´on lui reproche. Concentrez votre défense sur la politique française en Afrique que Djimon Oré combat avec courage et qui mérite éloge au lieu de reproche ou condamnation de la part de l´appareil judiciaire de notre pays au service de cette Françafrique.

Démontrez avec pugnacité, la mainmise de la France sur l´économie et la politique de l´Afrique et qui est la cause directe même du génocide rwandais dont Djimon Oré a fait allusion brièvement dans son interview lors du 61è anniversaire de notre indépendance. Françafrique est le mot pivot dans son interview et il l´a prononcé plusieurs fois dans cette interview qu´on lui reproche. Mardi 18 mai 2021, les Togolais vous écouteront et vous applaudiront. L´Afrique tout entière aussi vous écoutera par la radio de propagande française RFI. Par ce plaidoyer, vous allez rentrer dans l´histoire. Mardi, vous serez le porte-parole de tout un peuple, de toute l´Afrique face à la Françafrique qui sert les intérêts de la France et que Djimon Oré dénonce. Vous avez cet honneur de défendre un homme contre un système qui nuit au continent et freine son développement. Faites-vous rentrer dans l´histoire. Criez votre rage contre un système qui nous opprime et nous asservit. C´est votre combat, non seulement en tant qu´avocat mais aussi et surtout en tant que citoyen africain. Tout le peuple togolais vous soutient dans vote vibrant plaidoyer contre cette Françafrique le 18 mai 2021. C´est une chaîne que vous êtes appelé à briser. Envoyez un signal fort à la France dans votre plaidoyer. Cette occasion ne s´offre pas deux fois. Profitez-en.

Le procureur essaiera de dire que votre client insulte les autorités togolaises. Qu´il porte atteinte à leur honneur. Mais ce n´est pas Djimon Oré qui porte atteinte à leur honneur mais elles-mêmes par leurs propres actes contre le Togo, conte le peuple togolais. Dites-leur cela sans trembler. Votre notoriété en dépend.

Ne vous laisser surtout pas entraîner sur le terrain de la liberté d´expression car on vous dira que la liberté d´expression a ses limites. Votre défense sera concentrée seulement sur l´idéologie de Djimon Oré qui est la lutte contre la politique africaine de la France. Cette politique d´asservissement que la France nous impose au Togo et dans les autres pays francophones en Afrique depuis l´indépendance. C´est cette sale politique de la France en Afrique que Djimon Oré combat. C´est bien de cela qu´il s´agit.

À Djimon Oré lui-même, je lui dirai que c´est un honneur pour lui d´être devant les juges pour avoir pu dire haut, ce que les autres n´osent pas dire à l´antenne radio contre la France. Ce courage n´appartient pas à tous les hommes politiques, surtout quand il s´agit de critiquer la France et dénoncer sa sale politique en Afrique sur les antennes radio car les hommes politiques africains ont toujours peur de ne pas pouvoir accéder au pouvoir en critiquant la France ou tout simplement de se faire refuser le visa au consulat de France quand ils en auront besoin pour venir en Europe. Alors, ils préfèrent être ses bénis oui, oui. Mais vous, Djimon Oré, en tant qu´homme politique, vous ne faites pas ce calcul politique. Vous placez l´intérêt de votre pays au-dessus de tout. C´est ce qu´on recherche chez les leaders politiques au Togo et en Afrique et non les leaders politiques calculateurs. En un mot, ceux qui n´ont pas peur de dire tout du mal que la France cause à l´Afrique par un système qu´elle a mis en place et entretenu par les dirigeants africains au détriment de leurs pays et leurs peuples.

Pour finir, je dois le répéter ici encore à mes compatriotes que si on veut en finir un jour avec ce système pervers dit « Françafrique » et libérer notre pays, le peuple togolais doit être lucide dans le choix de ses hommes politiques et dirigeants, entre ceux qui peuvent braver la France et ceux qui ne le peuvent pas. Eviter les démagogues et choisir ceux qui peuvent sauver le peuple et libérer le Togo de cette domination française. Ce conseil vaut aussi pour les autres pays d´Afrique francophone.

Notre libération politique et économique passera par la rupture avec ce système mis en place par le colon. Sinon, ce serait seulement une pièce de rechange à l´identique à la tête du pays pour servir les mêmes causes en vue de produire les mêmes effets.

Tout africain avisé et éclairé politiquement, sait que si la France aime un homme politique africain, c´est que cet homme politique est bon pour servir ses intérêts en Afrique. Par contre, si la France hait un homme politique, cela veut dire qu´il est bon pour son pays et pour l´Afrique mais pas pour la France car il ne va pas accepter servir ses intérêts. C´est un patriote et panafricaniste. Ces hommes-là que la France n´aiment pas, ce sont eux qu´il faut porter au pouvoir pour sauver l´Afrique. Ce n´est pas ceux que la France aime, soutient ou souhaite voir au pouvoir que vous allez porter au pouvoir.

Ce juge le 18 mai 2021 a le choix entre l´amour pour son pays pour libérer Djimon Oré, et celui de la Françafrique pour le condamner. Il est alors face à l´histoire dans sa carrière du magistrat dont l´indépendance totale et la conscience jouent un grand rôle.

Monsieur le juge, vous n´êtes pas obligé de suivre les réquisitoires du procureur de la république. Lui, il dépend du pouvoir exécutif et reçoit les ordres mais vous, de par votre statut de magistrat du siège, vous êtes indépendant. Tout le peuple togolais a confiance en vous pour libérer Djimon Oré.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X