Afrique: Opérations anti-drogue d'Interpol en Afrique et au MO en coordination avec une quarantaine de pays dont le Maroc

Photo d'illustration

Paris — Interpol a annoncé, lundi, avoir coordonné deux opérations de lutte contre le trafic de drogue en Afrique et au Moyen-Orient, qui ont mobilisé les polices de 41 pays dont le Maroc.

Cette vaste opération au nom de code Lionfish s'est soldée par l'arrestation de 287 personnes et la saisie de stupéfiants dont la valeur marchande est estimée à près de 100 millions d'euros, précise l'Organisation internationale de police criminelle, basée à Lyon, dans un communiqué.

Les résultats de ces opérations, qui ont eu lieu en mars et avril derniers sur une période de deux semaines, d'abord sur le continent africain puis dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), donnent "un aperçu de la pègre internationale du trafic de drogue, avec des criminels à la recherche constante de nouvelles routes et de nouveaux moyens pour faire passer les stupéfiants à travers les frontières", souligne Interpol.

"Les résultats frappants de ces deux opérations démontrent l'ampleur du trafic de drogues illicites et son caractère international", a déclaré Jürgen Stock, Secrétaire général d'Interpol.

"Le trafic de drogue est une menace à laquelle nous sommes confrontés collectivement et les saisies massives réalisées dans le cadre de l'opération Lionfish montrent ce qui est possible lorsque les forces de l'ordre conjuguent leurs efforts pour se battre à nouveau", a-t-il ajouté.

Les deux opérations se sont soldées par la saisie de 17 tonnes de résine de cannabis d'une valeur de 31 millions d'euros, dans des entrepôts à Niamey (Niger), - "La plus grosse saisie de l'histoire du pays"-, ainsi que la saisie par la police sud-africaine de 973 briques de cocaïne, d'une valeur estimée à 32 millions d'euros.

De même, les deux opérations Lionfish ont permis de saisir notamment 200 kilos d'amphétamines, 56 kilos d'héroïne, 30 kilos de méthamphétamines, 21 kilos de poudre de cocaïne, plus de 4,5 millions de comprimés de Tramadol, 720 kilos de cannabis, et 10.000 stéroïdes.

D'autres types de produits de contrebande ont également été saisis au cours des opérations, notamment des pangolins vivants, des diamants non taillés, des cigarettes et des véhicules volés.

En plus du Maroc, les deux opérations ont été menées en coordination avec les polices de l'Angola, Bahreïn, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Iraq, Jordanie, Kenya, Koweït, Libye, Madagascar, Mali, Mauritanie, Maurice, Mozambique, Namibie, Niger, Nigéria, Oman, Palestine, Qatar, Rwanda, Arabie Saoudite, Seychelles, Sierra Leone, Afrique du Sud, Soudan, Tanzanie, Togo, les Émirats arabes unis, la Zambie et du Zimbabwe.

Les deux opérations Lionfish ont été menées dans le cadre du projet AMEAP d'Interpol qui accompagne les autorités nationales dans l'identification des menaces de sécurité et le démantèlement de groupes criminels organisés impliqués dans le trafic de stupéfiants illicites en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie et dans le Pacifique.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X