Kenya: Les internautes appellent le FMI à cesser de prêter de l'argent

Les Kényans, en colère, toujours très mobilisés sur internet. Depuis 2 mois environ, ils appellent le FMI à arrêter de prêter de l'argent, alors que ces prêts sont sans cesse détournés, dénoncent-ils. Malgré leur forte mobilisation, le Fonds monétaire International a accordé un nouveau prêt de 2,34 milliards de dollars pour éviter le surendettement du pays.

Mais l'exaspération des Kényans est à son comble et ils le font savoir, comme à leur habitude, à travers notamment les réseaux sociaux.

C'était en direct sur Facebook il y a quelques semaines : une conférence en ligne de la directrice générale du FMI perturbée par des milliers de commentaires d'internautes. Le #stoploaningKenya, « arrêtez de prêter au Kenya » devient viral. La mobilisation n'a pas cessée à ce jour.

« Entre mars 2020 et mars 2021, le Kenya a contracté des prêts à un niveau jamais vu sur les 10, 20 dernières années, explique le journaliste kenyan Waihiga Mwaura. Les citoyens ont choisi les réseaux sociaux pour exprimer leur sentiment de frustration et d'inquiétude face à la dette du Kenya. »

Une pétition en ligne dénonçant le détournement continuel de ces fonds recueille aujourd'hui plus de 235 000 signatures. Il faut dire que les scandales de corruption ne manquent pas depuis le début de la pandémie.

« Bien sûr, le FMI ne se base pas sur les réseaux sociaux pour prendre ses décisions, poursuit Waihiga Mwaura. Mais les Kenyans voulaient faire passer un message fort. Il est de notoriété publique que l'économie est gravement affaiblie par le niveau de corruption. Les réseaux sociaux offrent aux Kenyans un moyen direct d'expression. Vous savez, certains ont perdu leur emploi suite à ce genre de mobilisation en ligne. Cela n'aurait pas été possible il y a 10 ans. »

Difficile aujourd'hui pour les politiques d'ignorer les internautes... A un an de la présidentielle, les Kényans entendent bien maintenir leur mobilisation.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X