Congo-Kinshasa: 2023 - Après Matata, Katumbi dans le viseur de l'élimination !

Durant son récent séjour à Lubumbashi, le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi a annoncé sa candidature pour un second mandat à la tête de la République Démocratique du Congo. L'annonce en a été faite, le mercredi 12 mai 2021, en marge d'un meeting qu'il a tenu sur la place de la Poste.

Apparemment, d'ici 2023, la voie est balisée. Pour ce faire, tous les moyens sont bons, y compris les accusations et rapports de l'IGF et, même, dans une certaine mesure, l'instrumentalisation de la justice. Bien d'analystes craignent ainsi la montée exponentielle de la loi de la force, de la politique du règlement des comptes et du règne de l'arbitraire. D'où, des appels se multiplient dans les rangs des têtes visées. Ce qui se passe actuellement autour de l'affaire Matata est considéré, outre mesure, comme l'un des ingrédients de ce rouleau compresseur lancé pour neutraliser des potentiels adversaires sérieux. Selon des analyses, au-delà de démêlées engagées contre cet ancien Premier Ministre, la tête de Moïse Katumbi serait, elle aussi, visée. L'affaire de la nationalité, telle qu'elle a été mise sur la toile, en est un des signes prémonitoires.

Cette annonce surprise, à propos d'une éventuelle candidature à sa propre succession, a été largement relayée dans les réseaux sociaux et abondamment commentée par l'opposition politique, mais aussi par la société civile.

C'est le cas notamment, de l'Honorable Delly Sesanga qui interpelle le camp présidentiel en ces termes : «Le Président de la République devrait davantage avec ses équipes donner l'impression d'avoir quitté la campagne électorale, de ne pas en déclencher une trop précoce parce que les défis à gérer pour le peuple congolais sont immenses ».

De son côté, Jean Claude Katende note : «Nous ne sommes pas en période électorale, toutes les manifestations de l'opposition sont interdites ou dispersées. Je me demande comment les choses vont se passer en 2023 ? Priver à l'opposition la liberté de manifester, c'est remettre en cause la démocratie ».

A haut risque...

En parallèle, le camp présidentiel continue à faire pression sur au moins trois axes majeurs dans l'objectif de neutraliser les potentiels adversaires à haut risque et de baliser le chemin pour leur candidat naturel.

Axe 1 : Exclusion par la nationalité.

- Principal instrument utilisé : Dr. Noël Tshiani.

- Instrument de raccordement : Parlement + Justice.

Axe 2 : Mise en œuvre d'une justice à double-vitesse

- Principal instrument utilisé : Jules Alingete.

- Instrument de raccordement : Justice.

Axe 3 : Industrie de production de Fake news et des insultes

- Principal instrument utilisé : Kin-kiey Mulumba.

- Instrument de raccordement : Réseaux sociaux.

De l'axe 1 : Exclusion par la nationalité

A propos du premier axe, le principal instrument utilisé est le Dr. Noël Tshiani.

Qui est Noël Tshiani ? Plusieurs sources concordantes renseignent que Noel Tshiani Muadiamvita serait né le 25 décembre 1957 à Ngandajika, dans la province orientale du Kasaï, en République démocratique du Congo. Il a servi à la Banque mondiale en 2 tant que Directeur-Pays et en tant que chef de mission pour le développement du secteur privé et financier. Il était candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre 2018.

A ce jour, il serait utilisé pour exclure Moïse Katumbi de se présenter aux élections de 2023, au cas où celles-ci auraient lieu. Plusieurs analystes politiques sont d'avis qu'une des récompenses qui aurait été promise au Dr. Noël Tshiani serait, semble-t-il, celle de la placer à la tête de la Banque centrale du Congo. Bien que très actif en politique, le Dr. Noël Tshiani n'est généralement pas pris au sérieux dans le cercle des chercheurs économistes congolais. Une des raisons les plus souvent mentionnées à cet effet est que Dr. Noël Tshiani n'aurait aucun article scientifique dans une revue internationale à comité de lecture, hormis les quelques livres qu'il a fait publier.

Bien plus, il a été noté que la publication des livres dans la communauté scientifique, i.e. parmi les économistes, n'est aucunement une preuve de productivité scientifique.

A la veille de la déclaration de la candidature du Président Tshisekedi à sa propre succession, le Dr. Noël Tshiani a multiplié les apparitions médiatiques et est passé à la vitesse grand V comme l'illustre la série des propos suivants publiés dans son compte Twitter :

3 mai 2021: « J'ai fini les consultations avec les Présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale. Ma proposition de verrouiller l'accès à la Présidence de la RDC et à d'autres hautes fonctions de l'état sera rédigée en loi à soumettre rapidement au parlement. Je prédis: La loi sera adoptée ».

9 mai 2021: « Ma proposition de verrouiller l'accès à la présidence touche l'âme des prédateurs de nos ressources naturelles. Vous pouvez vous en rendre compte par les attaques truffées de mensonges qu'ils sponsorisent contre moi. Et pourtant ma proposition deviendra loi et la RDC sera sauvée ».

12 mai 2021: « Après la rencontre à l'Assemblée nationale avec quelques députés nationalistes, la rédaction de la loi pour verrouiller l'accès à la présidence et d'autres fonctions sensibles a commencé. Le Verrouillage aura bel et bien lieu et la RDC sera sauvée de l'infiltration au sommet ».

Le camp pro-Tshisekedi est-il vraiment prêt à faire passer une loi relative à la nationalité congolaise dont le principal objectif est, sans doute, d'exclure un des adversaires parmi les plus redoutables, i.e. Moïse Katumbi ?

Dossier à suivre (... ).

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X