Madagascar: Armée - Des figures de la Transition mises sur la touche

La chute de Marc Ravalomanana a été précipitée par la grogne qui a gagné du terrain dans la hiérarchie militaire.

Certains officiers qui ont marqué la Transition en 2009 n'occupent plus actuellement le devant de la scène.

Plusieurs officiers supérieurs au sein de l'armée qui ont servi corps et âme pour soutenir l'actuel président Andry Rajoelina en vue de son ascension au trône en 2009 en renversant le régime de Marc Ravalomanana, et connus pour être dans le cercle des plus fidèles à l'actuel chef de l'Etat, ne sont plus aux premières loges du pouvoir.

Hiérarchie. Reconnus pour avoir été parmi les cadres de l'armée qui ont rejoint le camp de Andry Rajoelina, nombreux sont ceux qui n'occupent plus actuellement des postes à haute responsabilité au sein de la hiérarchie militaire. D'autres sont partis à la retraite et découvrent une autre vie en dehors de l'uniforme.

Commandement. S'ils sont connus pour avoir occupé le devant de la scène, ces derniers disparaissent actuellement du radar médiatique et ne s'affichent plus dans la feuille de match du ministère de la Défense nationale pour diriger le commandement militaire. L'ancien chef d'Etat-major général de l'armée, le général de division André Ndriarijaona, figure parmi ces personnalités qui ont marqué la période transitoire mais il est actuellement en retrait de la scène politique.

Rajaonarimampianina. Présidence de la République. L'ancien Cemgam a dernièrement occupé le poste de directeur général du service civique auprès de la présidence de la République sous le régime Rajaonarimampianina si le général Léon Richard Rakotonirina, quant à lui, a été le secrétaire permanent à la Défense et à la sécurité nationale. Mais le premier n'a plus refait surface depuis l'élection de l'actuel président, tandis que l'autre, lui, a été promu au poste de ministre de la Défense nationale.

Traversée du désert. Les généraux Théophile Rakotonirina, ancien chef d'Etat-major général de l'armée, Fidy Rafaliarison, ancien directeur général de l'office de transmission militaire de l'Etat, quant à eux, sont des figures du régime transitoire qui ont récemment occupé les postes dans la haute administration. Mais ils ont été remplacés et se trouvent actuellement sans portefeuille. D'autres, pourtant, seraient complètement mis sur la touche et poursuivraient leur traversée du désert depuis 2014. Leur frustration s'ébruite dans les rangs.

Loyauté. Ces officiers se sentent « écartés » par le régime alors qu'ils ont la ferme conviction qu'ils ont pris part aux manœuvres pour faire hisser l'actuel président de la République au premier plan. Et ils espèrent vainement, du moins jusqu'à présent, un retour d'ascenseur. Car ils croient avoir déjà fait preuve de « compétence et loyauté ».

Résultats. Le régime a procédé à une restructuration de l'Armée pour faire face au défi du développement. La structure de la hiérarchie a été modifiée, à cet effet, et les moyens ont été renforcés afin de rendre la machine plus opérationnelle avec une nouvelle génération de cadres aux commandes. Et les résultats sont au rendez-vous. Sur le terrain, l'insécurité dans les zones à risques recule après la mise en place des Zones rurales prioritaires de sécurité et de l'Unité spéciale anti-dalo. Dans la lutte contre la pandémie, la compétence militaire est un élément indispensable dans la stratégie de riposte.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X