Sénégal: Migration vers des véhicules écologiques - Les acteurs du transport africain se projettent vers 2035

Dakar abrite, depuis hier lundi, le Forum régional sur la promotion des bus propres en Afrique. L'événement, organisé par le Conseil exécutif des transports urbains (Cetud), le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) et l'Union africaine des transports publics (Uatp), rassemble les stratégies et recommandations qui permettront d'adopter « des véhicules électriques » à l'horizon 2035.

« Nous préparons l'avenir avec des systèmes de transport propres et modernes », a introduit le Directeur général du Conseil exécutif des transports urbains (Cetud), Thierno Birahim Aw. C'était à l'occasion de l'ouverture du Forum régional sur la promotion des bus propres en Afrique organisé par le Cetud, le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) et l'Union africaine des transports publics (Uatp). Durant deux journées, des acteurs du transport, venus particulièrement du Nigeria, de la Côte d'Ivoire et du Kenya, abordent les enjeux d'un système de transport basé sur l'électricité ; ce qui aura comme avantage de meilleures conditions de transport de masse, la protection de l'environnement et de la santé des usagers.

Le choix de Dakar pour préparer l'horizon 2035 trouve sa pertinence, selon M. Aw, dans la découverte pétrolière et gazière mais aussi les projets en cours, tels que le Bus rapid transit (Brt) et le Train express régional (Ter). « Dakar est un excellent choix avec les découvertes pétrolières et gazières. Leurs impacts seront sûrement ressentis par le secteur du transport grâce à une énergie propre, pour un système moderne. D'autre part, nous avons un projet bimodal qui est le Ter ; il va rouler avant la fin de cette année. Et le Brt, avec l'option électrique, répond aux exigences environnementales », a souligné le Dg du Cetud.

Les recommandations et solutions issues du Forum contribueront à remplacer les parcs automobiles de l'Aftu et de Dakar Dem Dikk par des véhicules électriques, à l'horizon 2035, afin de promouvoir un transport propre sans émission de gaz à effet de serre. « À travers ce Forum, nous allons essayer de voir comment préparer la transition énergétique dans le domaine des transports. En 2035, Dakar sera à sept millions d'habitants avec plus de 90 % d'usagers du transport de masse. Nous réfléchissons sur comment remplacer le parc des opérateurs privés et celui de Dakar Dem Dikk pour avoir une ville sobre en carbone, dotée d'un système de transport moderne et confortable », a ajouté Thierno Birahim Aw.

Pour le Secrétaire général de l'Union africaine des transports publics (Uatp), Bouaké Meité, il s'agira de stimuler la participation de chaque pays surtout ceux producteurs de pétrole et de gaz pour aboutir à des véhicules électriques, protecteurs du cadre de vie et de la santé des populations. « Nous anticipons pour porter les actions auprès des décideurs. Les autobus électriques sont certes chers, mais nous espérons que, d'ici à 2025, les prix seront abordables. Ainsi, nous pourrons y aller. Il va falloir également mettre à profit le gaz produit par nos pays pour développer le transport de masse en préservant la santé humaine », a dit M. Bouaké.

Présidant la cérémonie d'ouverture, le Secrétaire général du Ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Jules Aubin Sagna, a rappelé l'urgence de s'inscrire dans une « dynamique de réduction drastique de l'impact environnemental et sanitaires des transports routiers grâce à des politiques volontaristes de promotion dans les matériels de transport à faible émission de carbone ». « Introduire des bus à énergie propre, en éliminant les véhicules qui consomment du diesel, est la tendance mondiale. Aller davantage vers des automobiles à consommation électrique permettra de réduire les décès liés à la pollution chiffrés à 4,2 millions dans le monde », a déclaré M. Sagna.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X