Sénégal: Dialogue - Pays pour plus de financement pour le paludisme, tuberculose et VIH - La société civile s'active

Un dialogue-pays s'est ouvert à Dakar depuis hier, lundi 17 mai, avec les organisations de la société civile. Une rencontre qui entre dans le cadre des procédures de subvention du fonds mondial dans la lutte contre les maladies comme le Sida, la tuberculose et le paludisme.

Depuis 2002, le Sénégal continue de bénéficier des subventions du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme. De ce fait, la société civile sénégalaise intervenant dans ces trois maladies s'est fortement engagée à travailler dans un cadre multi-acteurs comme l'instance de coordination nationale dénommée (Ccm) pour maximiser les opportunités et apporter sa valeur ajoutée à l'élaboration des notes conceptuelles du Sénégal et au suivi de la mise en œuvre des subventions dans le cadre du processus dialogue-pays. Et c'est dans ce cadre qu'un dialogue-pays se tient depuis hier, lundi, pour prendre fin ce mardi entre le fonds mondial et les organisations de la société civile qui s'activent dans la lutte contre les trois pathologies en question.

Pour les organisateurs, la pandémie de Covid-19 a secoué tous les secteurs de la vie sociale et la santé n'en a pas échappé. «Il est fortement noté dans les régions où la prévalence de la Covid-19 est très élevée que les personnes souffrant de paludisme, de tuberculose, de Sida ont délaissé les structures de santé et d'autres ont du mal à suivre correctement leur traitement de peur d'être stigmatisées», a déclaré Aissatou Mbaye Ndiaye.

Et de poursuivre : « l'objectif est aujourd'hui d'identifier les stratégies communautaires prioritaires de la région de Dakar à intégrer dans la DDF C19RM en matière de lutte contre la Covid-19 afin de résorber le gap ou de l'amoindrir avant l'échéance des objectifs de développement durable prévue en 2020 ». Revenant sur les difficultés rencontrées en cette période de Covid-19 dans la lutte contre le paludisme, la tuberculose ou encore le Vih, les organisateurs de ce dialogue pays ont laissé entendre : « il a été constaté quelques insuffisances pour que la société civile sénégalaise soit mieux impliquée dans toutes les étapes dudit processus».

Sur ces insuffisances, les acteurs ont fait ressortir l'absence de cadre unitaire d'action des organisations de la société civile intervenant dans la lutte contre les trois maladies, favorisant l'intégration de toutes les entités des OSC, en tenant compte de la diversité (populations-clés, personnes vivant avec les maladies (VIH, TB et Palu)). La non-participation pleine et effective des OSC dans les procédures du Fonds mondial, notamment les étapes-clés liées à la budgétisation et à la négociation durant le grant making.

La faiblesse des opportunités pour le renforcement du système communautaire doit contribuer pleinement à la consolidation et à la pérennisation des OSC impliquées dans la mise en œuvre des subventions du Fonds mondial. Pour rappel, au Sénégal, 35% des 32 membres des instances de coordination nationale (ICN) sont issus de la société civile, engagée à travailler dans un cadre unitaire et inclusif pour maximiser les opportunités et apporter sa valeur ajoutée à la mise en œuvre du processus de « Dialogue Pays» et à l'élaboration des demandes de financement C19RM.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X