Sénégal: Plaidoyer pour une vulgarisation de la contribution nationale déterminée (CDN)

Dakar — Le secrétaire général du ministère de l'Environnement et du Développement durable, Amadou Lamine Guissé, a insisté sur la nécessité de promouvoir la communication de masse pour un changement de comportement, en vue d'un développement durable, mais également de la vulgarisation de la Contribution nationale déterminée (CDN).

Amadou Lamine Guissé présidait lundi, à Dakar, l'ouverture d'une session d'échanges avec des journalistes traitant des questions environnementales, co-organisée avec l'institut mondial pour la croissance verte (GGGI).

"Le rôle de la presse dans la vulgarisation de la contribution déterminée nationale (CDN) comme indiqué lors de la signature de l'Accord de Paris en 2015, est stratégique" a-t-il fait valoir.

A cet effet, "le renforcement de capacités à travers un partage de connaissances et d'expériences est une voie obligée", a indiqué M. Guissé.

Face aux enjeux environnementaux et au contexte de pandémie, a-t-il ajouté, "le renforcement de capacités devient une question vitale et s'avère essentiel pour l'émergence de citoyens écologiquement responsables".

La nécessité de prendre en compte les questions émergentes et les enjeux de développement durable et inclusif (...), exige le renforcement des compétences de l'ensemble des acteurs concernés, pour une mise en œuvre efficace de ces différents volets de notre politique environnementale, a-t-il relevé.

Cela explique, selon lui, "la volonté de GGGI de capitaliser les leçons apprises de la mise en œuvre de son programme de coopération quinquennal avec le gouvernement du Sénégal, à travers cette formation".

"Nous félicitons GGGI pour les efforts soutenus dans la diversification des thématiques d'intervention au Sénégal avec des volets climatiques à fort potentiel de réduction de Gaz à effet de Serre", a dit Amadou Lamine Guissé.

Pour le Secrétaire général "un certain nombre de projets phares en cours de mise en œuvre, serviront de support pratique pour illustrer les thématiques qui seront abordées dans la gestion des déchets, la promotion des investissements en faveur de la nature dans des programmes de relance verte comme le PSE vert, l'irrigation solaire et les pratiques d'agriculture intelligentes face au Climat, entre autres".

L'objectif commun du ministère et de GGGI, au-delà du renforcement de capacités, est de contribuer à créer une dynamique accrue d'activités et de production sur l'environnement et le climat grâce à la presse, selon lui.

"Avec l'accompagnement de la presse spécialisée, nous allons placer les questions environnementales au cœur de la relance post-covid-19 pour une croissance verte, durable, inclusive...", a-t-il souligné.

Les 196 pays de la Convention cadre des Nations unies sur le climat (CCCCNU) s'étaient engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, lors de la COP 21 à Paris, en 2015.

L'objectif étant de contenir le réchauffement climatique dans une fourchette entre 1,5 et 2 degrés Celsius.

La CDN, ayant repris les acquis de la contribution prévue déterminée nationale (CPDN), a été élaborée par une équipe de consultants locaux, sous l'encadrement de la direction de l'Environnement et des Etablissements classés (DEEC), en collaboration avec le Comité national sur les changements climatiques (COMNACC).

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X