Cameroun: Certification à la norme forestière FSC - Les entreprises sensibilisées

A l'initiative de l'ONG Forest Stewardship Council, un atelier a été organisé à cet effet le 14 mai dernier à Yaoundé.

La certification à la norme Forest Stewardship Council (FSC) semble ne pas être la chose la mieux partagée par les entreprises forestières au Cameroun. C'est du moins le constat fait par les acteurs du secteur, au cours de l'atelier de sensibilisation sur cette norme, organisé par l'Organisation non gouvernementale du même nom (FSC) le 14 mai dernier à Yaoundé. A titre d'illustration, sur plus d'une centaine d'entreprises opérant dans ce domaine, une seule détient cette certification. Les autres, explique-t-on, sont réticentes, et pointent un doigt accusateur sur le coût de cette certification.

Et pourtant, cette norme comporte bien des avantages, notamment une meilleure organisation du travail, des avantages sociaux en ceci qu'elle limite les conflits avec les communautés, régule la gestion du personnel et facilite les activités d'exportation du bois ainsi que celles relatives à planification et au suivi-évaluation. La vente du bois à bon prix sur les différents marchés est un autre avantage. Ainsi, au cours dudit atelier, les participants ont été sensibilisés sur l'importance d'obtenir une certification FSC.

George Akwah Neba, coordonnateur FSC pour la Bassin du Congo, a indiqué que ces assises ont pour but de permettre aux utilisateurs de la norme et autres parties prenantes impliquées, d'avoir une compréhension pratique de la norme FSC, ainsi que des informations importantes sur le système de certification. Cependant, l'obtention de cette certification est subordonnée à certaines exigences. A savoir, le respect des lois du pays dans lequel l'entreprise exerce, le payement régulier des taxes, l'offre d'emplois décents et durables, l'enregistrement des employés à la Caisse nationale de prévoyance sociale, etc .

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X