Seychelles: La Banque centrale des Seychelles affirme que l'économie reste fragile

L'économie des Seychelles reste fragile, malgré une augmentation dans le montant d'argent reçu ces derniers mois, a averti mardi le gouverneur de la Banque centrale des Seychelles (CBS).

Caroline Abel a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il existe plusieurs indicateurs suivis par CBS qui montrent que l'économie est encore fragile.

« Nous constatons, par exemple, que le montant des dépôts d'épargne diminue. Cela est dû au fait que le prix des matières premières a augmenté et que les gens ont commencé à retirer de l'argent de leurs réserves personnelles. Si nous commençons à consommer comme nous le faisions en 2019, nous pourrions perdre des ressources au niveau personnel. Sans nous en rendre compte, nous pourrions perdre tout ce que nous avons. Nous devons faire attention à la façon que nous dépensons », a déclaré Mme. Abel.

De la dernière mise à jour de la CBS du 27 avril au vendredi 14 mai, la nation insulaire a connu une légère augmentation des recettes par rapport à la même période l'année dernière. Mme. Abel attribue cela à une légère amélioration dans l'industrie du tourisme.

Le secteur a vu l'arrivée de plus de 24 000 visiteurs depuis le 25 mars, lorsque les Seychelles, un groupe de 115 îles de l'océan Indien occidental, ont rouvert ses frontières aux vols commerciaux de passagers.

Depuis le début du mois jusqu'au lundi 17 mai, les Seychelles ont encaissé 17,2 millions de dollars. Pour la même période l'an dernier, ce montant s'élevait à 14 millions de dollars. Pour la même période en 2019, les Seychelles avaient encaissé 26,5 millions de dollars.

Mme. Abel a expliqué que 2019 était utilisée comme point de référence, car c'était une période avant que la pandémie de COVID-19 ne commence à avoir un impact sur l'économie des Seychelles.

"Ce qui nous inquiète le plus en ce moment, c'est l'augmentation de la demande. Jusqu'au vendredi 14 mai, la demande pour le mois était de 23,2 millions de dollars par rapport à la même période de l'année dernière où la demande était de 14,9 millions de dollars. Ce que nous avons observé est que la demande pour mai 2021 est supérieure à celle de mai 2019, alors que l'économie fonctionnait bien. De mai 2019 au 14 mai, nous avons eu une demande de 21,4 millions de dollars », a déclaré Mme. Abel.

Elle a expliqué que la réalité économique de ces deux années est totalement différente et que « mai 2021 est une période où l'économie est encore fragile, même si on a vu une amélioration ».

"Cela nous montre que nous regardons les choses de la même manière en 2021 qu'en 2019, cependant, les réalités économiques sont totalement différentes. Ce sont nos actions qui déterminent ce qui se passe sur le marché", a-t-elle poursuivi.

Sur le marché des changes, CBS a observé que depuis le début du mois de mai, il y a plus d'argent sortant que ce qui entre.

"Il y a moins de reçus vendus par rapport à ce qui est acheté. Cela nous montre que cette année, jusqu'au 14 mai, nous avons une demande qui a augmenté de 55,4 pour cent et une recette qui a augmenté de 23,2 pour cent. À la fin du mois d'avril de cette année, la recette avait augmenté de 129,3% et la demande avait augmenté de 50,5% », a déclaré Mme. Abel.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X