Maroc: Casablanca - 38 interpellations pour dégradation de biens et violation de l'état d'urgence sanitaire (DGSN)

Rabat — Les éléments de police du district de sûreté de Moulay Rachid à Casablanca ont interpellé, aux premières heures de ce mardi, trente-huit individus, dont cinq mineurs, soupçonnés de refus d'obtempérer, de jets de pierres contre les forces publiques, de dégradation de biens privés et publics et violation de l'état d'urgence sanitaire.

Les services de police de Casablanca avaient été alertés de l'implication d'un certain nombre d'individus, soupçonnés d'appartenir à des factions de supporters de clubs de football, dans l'échange de violences et la dégradation de 23 voitures stationnées sur la voie publique, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, ajoutant que l'intervention des patrouilles de police a fait l'objet d'une violente résistance de la part desdits individus à travers des jets de pierres et dégradation du pare-brise d'un véhicule de police.

Cette opération policière a permis de rétablir l'ordre public et d'interpeller 38 individus, précise le communiqué, notant que les mis en cause majeurs ont été placés en garde à vue, tandis que les mineurs ont été mis sous surveillance policière pour les besoins de l'enquête judiciaire, menée sous la supervision du parquet compétent afin d'élucider cette affaire.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X