Congo-Kinshasa: Est de la RDC - Des allégations d'abus sexuels dans les rangs des travailleurs humanitaires

Le coordonnateur humanitaire en République démocratique du Congo (RDC), David McLachlan-Karr, a dit prendre très au sérieux les nouvelles allégations d'exploitation et d'abus sexuels dans le rang des travailleurs humanitaires récemment rapportées par les médias, notamment The New Humanitarian et Associated Press, qui seraient survenus lors de la riposte à la dixième épidémie d'Ebola, entre 2018 et 2020, dans l'est de la RDC.

David McLachlan-Karr a également fait part de sa détermination à sanctionner tous les cas qui seraient vérifiés. « Toutes ces allégations doivent faire l'objet d'une enquête et les victimes doivent être entendues. Nous renouvelons notre engagement à être transparent et apporter toute la lumière sur ce fléau », a déclaré David McLachlan-Karr dans un communiqué publié le 14 mai.

Pour le coordonnateur humanitaire, ces allégations entravent la confiance des personnes servies envers les Nations unies. Nous assurerons, a-t-il promis, le suivi des enquêtes et sanctionnerons les responsables. Il a, par ailleurs, indiqué que les résultats de ces enquêtes seront également communiqués aux autorités congolaises. Il est, en effet, rappelé que les Nations unies ont déjà initié plusieurs enquêtes en RDC, notamment une mission d'investigation du Bureau des services de contrôle interne des Nations unies en novembre 2020 et la commission d'enquête indépendante de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui est actuellement sur le terrain.

Dans ce communiqué, le coordonnateur humanitaire note que, dans le pays, le réseau national pour la protection contre l'exploitation et les abus sexuels a été renforcé au cours des douze derniers mois. Ce réseau, a-t-il fait savoir, a pour mission de soutenir et coordonner la prévention et la réponse aux cas d'exploitation et d'abus sexuels et de soutenir les personnes qui en sont victimes.

David McLachlan-Karr a également indiqué que, le même 14 mai, le comité directeur du réseau national avait rencontré la directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour la population, le Dr Natalia Kanem, en visite en RDC, pour discuter des stratégies de prévention et de la nécessité pour les donateurs de continuer à soutenir les actions pour garantir la protection contre l'exploitation et les abus sexuels. « La prévention et la réponse à l'exploitation et aux abus sexuels ont toujours été une priorité pour les Nations unies pendant des années et continuent de l'être », a insisté David McLachlan-Karr. Il est rappelé que les Nations unies appliquent une politique de « tolérance zéro » à l'égard de l'exploitation et des abus sexuels par des travailleurs humanitaires, tant nationaux qu'internationaux.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X