Afrique: Sommet sur la dette africaine - Quel intérêt pour la France ?

Sommet de financement des économies africaines

La France a accueilli un sommet pour relancer l'économie africaine en agissant sur la dette. Les enjeux pour Paris sont de divers ordres.

C'est à quelques mètres de la Tour Eiffel, au Grand palais éphémère à Paris, que se tient ce sommet franco-africain. 18 chefs d'Etat et de gouvernement et des organisations internationales étaient invités.

Le point ici avec Luisa Louis en direct de Paris dans notre édition du journal de 17HTU.

La dette africaine n'a jamais été aussi élevée ces 20 dernières années. En 2020, selon le Fonds monétaire international (FMI), 17 pays du continent sont soit surendettés ou sont en voie de l'être. Quatre ans plus tôt, on n'en comptait que dix.

Une économie informelle prédominante

Pour Vincent Hugeux, journaliste et spécialiste de l'Afrique, "ce qu'on appelle 'économie informelle' occupe une part considérable jusqu'à 45 ou 50% parfois des revenus des citoyens". Il constate aussi que "l'Afrique est extrêmement dépendante des marchés extérieurs".

Lire aussi : L'économie française continue de reculer en Afrique

La pandémie de Covid-19 aggrave bien entendu la situation. Si le nombre de morts liés au coronavirus sur le continent africain est relativement faible avec 130.000 décès, le bilan économique et social est écrasant pour beaucoup de pays, comme l'explique Vincent Hugeux.

Des enjeux économiques et politiques...

Organisatrice de ce sommet, l'enjeu pour la France est à la fois économique et politique, soutient Vincent Hugeux. "Il y a à la fois un enjeu diplomatique, politique, économique, financier et un enjeu d'image. La France fait partie des grands créanciers de l'Afrique. Elle est très impliquée dans les institutions financières internationales. Elle a ses propres initiatives via par exemple l'AFD, l'Agence française de développement".

Concernant l'enjeu lié à l'image, "il va de soi que Paris souhaite apparaître comme une sorte de figure de proue dans le combat qui doit permettre à l'Afrique d'amortir autant que faire se peut, l'impact colossal de la crise sanitaire sur les économies africaines".

Lundi déjà (17.05.2021), Emmanuel Macron avait annoncé l'annulation de la dette du Soudan vis-à-vis de la France.

Le cas soudanais, une exception

Vincent Hugeux, journaliste et spécialiste de l'Afrique en est convaincu : "très franchement quand on connaît l'orthodoxie budgétaire d'un pays comme l'Allemagne, on imagine très mal Angela Merkel et ses successeurs passer à l'ardoise magique les dettes de tel ou tel autre pays".

Berlin a pourtant annoncé l'annulation de sa dette de plus de 300 millions d'euros vis-à-vis du Soudan.

Et ce n'est pas qu'une affaire entre l'Afrique et l'Europe. Depuis de nombreuses années, la Chine est de plus en plus présente en Afrique sub-saharienne. Aujourd'hui, 20 % de la dette des pays africains est détenue par la Chine alors que la part du Club de Paris, qui réunit les pays occidentaux, n'est que de 6%.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X