Afrique: A fric

Sommet de financement des économies africaines

Madagascar parmi les grands absents au sommet France-Afrique qui s'est tenu durant deux jours à Paris.

Quinze pays africains ont été conviés à cette réunion destinée à trouver un financement pour les économies africaines dévastées par la Covid-19. Des bailleurs de fonds, en particulier le Fonds monétaire international représenté par son directeur général Kristalina Georgieva, la Banque Mondiale conduite par son directeur général Axel Van Trotsenburg, le Conseil européen dirigé par son président Charles Michel pour ne citer que les plus importants.

Les présidents et chefs d'État de certains pays africains comme l'Ivoirien Allassane Ouattara, le Sénégalais Maky Sall, le Congolais Étienne Tishekedi, l'Égyptien Sissi, le Nigérian Buhari... Tout le gotha africain en somme. Il ne peut en être autrement puisqu'on parle A fric.

Des promesses d'aides aux pays africains ont été faites à la fin du sommet mais aucun engagement ferme n'a été pris. En tout cas, la réunion était capitale pour la relance économique en Afrique en général et à Madagascar en particulier. On se demande d'ailleurs pourquoi on a raté ce rendez-vous alors que des pays pauvres comme le Mozambique, la Mauritanie, la Tanzanie, le Burkina Faso, le Soudan... y étaient. On n'a jamais entendu parler de la tenue de ce sommet alors qu'on a une ambassade à Paris. Pire, le ministère des Affaires étrangères aurait dû être au courant de l'organisation de ce sommet et faire un travail de lobbying pour que Madagascar fasse partie des participants. Certes, on ignore les critères de sélection des pays participants mais l'éviction de Madagascar a de quoi surprendre même si la participation n'est pas non plus automatique quelques jours après la visite du secrétaire d'État français Jean Baptiste Lemoyne.

Peut-être que parce que le gouvernement n'a jamais été très chaud pour une campagne de vaccination contre la Covid-19 et qu'on s'est inscrit sur le tard au programme Covax. Ce qui signifierait aux yeux du monde qu'on se met en marge d'une démarche universelle. Un pays qui refuse la campagne de vaccination constitue un danger pour le reste du monde puisqu'il restera un foyer potentiel de la Covid-19 qui peut ressurgir à tout moment.

Maintenant on se demande maïs Madagascar pourra tout de même bénéficier des aides éventuelles des généreux donateurs pour relancer son économie ou c'est exclusivement réservé aux pays qui ont participé au sommet de Paris. Le fait est que pour relancer l'économie en particulier le tourisme et le transport aérien, il faudra désormais des fonds colossaux. Jusqu'ici ces deux secteurs sont les parents pauvres du gouvernement. Après un an de marasme, le tourisme est complètement à terre. Beaucoup pensent qu'on aura du mal à se relever de cette catastrophe.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X