Congo-Kinshasa: L'hypertension constitue la première cause de mortalité chez l'adulte en RD Congo

A l'occasion de la Journée mondiale de l'hypertension artérielle, une affection cardiovasculaire qui touche 1,13 milliard de personnes dans le monde, le ministre de la Santé, Dr Jean-Jacques Mbungani, appelle les Congolais à adopter un mode de vie sain afin d'éviter cette maladie qui, généralement, est la source d'accidents vasculaires cérébraux (AVC). Il sied de noter qu'on parle d'hypertension artérielle lorsque la pression du sang est anormalement élevée dans les vaisseaux sanguins. Le tensiomètre affiche alors régulièrement des valeurs égales ou supérieures à 140/90, la première donnée mesurant la pression sanguine quand le cœur se contracte; la seconde, lors de la phase de relaxation.

Cette maladie, selon le docteur Jean-Jacques Mbungani, constitue ainsi la première cause de mortalité chez l'adulte. En RDC, explique-t-il, la prévalence de l'hypertension artérielle à l'échelle nationale se situe entre 25 et 40% sur base des enquêtes réalisées dans certaines provinces. Elle constitue ainsi, avec l'ensemble des maladies cardiovasculaires, un grand problème de santé publique dans notre pays.

D'après les statistiques hospitalières collectées par le Programme national de lutte contre les maladies cardiovasculaires, couvrant les 10 dernières années dans la ville province de Kinshasa, les complications de l'hypertension artérielle représentées essentiellement par l'Accident Vasculaire Cérébral (AVC), l'insuffisance cardiaque, constitue la première cause de mortalité chez l'adulte dans notre pays.

Selon le ministre de la Santé, ces données sont inquiétantes car les décès dus à cette maladie affectent dans notre pays, contrairement aux pays occidentaux, la tranche d'âge économiquement active. « Face à cette tragédie silencieuse, et en attendant que le pays se dote des moyens nécessaires pour la prise en charge efficace de ces maladies, la prévention demeure le meilleur moyen de se prémunir de celle-ci. Cette prévention consiste en l'adoption d'un mode de vie sain, dans le vécu quotidien de chacun d'entre nous. Il s'agit en l'occurrence, de pratiquer une activité physique régulière, de manger moins salé, moins sucré et moins gras, et de s'abstenir de fumer. Ces mesures permettront de prévenir les puissants facteurs de risques cardiovasculaires que sont notamment l'hypertension artérielle, l'excès de cholestérol et l'obésité », a-t-il fait savoir.

Selon les experts en la matière, si on ne guérit pas de l'hypertension, on peut la contrôler grâce à des traitements médicamenteux et une bonne hygiène de vie. Dans le cas contraire, de nombreuses complications peuvent survenir à plus ou moins longue échéance. Elles peuvent être d'ordre cardiovasculaire (infarctus du myocarde), cérébral (AVC) ou neurodégénératif (maladie d'Alzheimer).

L'artériopathie des membres inférieurs, l'insuffisance rénale et la rétinopathie font également partie des conséquences possibles de l'hypertension artérielle.

Dans le contexte lié à la Covid-19, le ministre de la Santé dit accorder une attention particulière aux personnes porteuses de comorbidités parmi lesquelles l'hypertension artérielle, qui favorise la venue d'une forme sévère de la maladie, par conséquent, l'accroissement du taux de mortalité lié à cette pandémie.

L'hypertension artérielle étant considérée comme une maladie aggravant le risque de complications pour les patients atteints de Covid-19, le Dr Jean-Jacques Mbungani conseille aux Congolais de corriger leurs erreurs d'hygiène de vie telles que les excès alimentaires de tous ordres, l'excès de sel et du poids, etc.

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X