Cameroun: Spécial 20 mai - Va debout et jaloux de ton unité

Osons la paraphrase du président de la République, qui disait il y a quelques années, à propos de la menace terroriste dans l'Extrême-Nord : « ce n'est pas le Boko Haram qui va dépasser le Cameroun ».

Aujourd'hui, à la veille d'une deuxième célébration consécutive de la fête nationale, sans festivités officielles et populaire, on peut dire avec force, en s'inspirant des bons mots du chef de l'Etat, que « ce n'est pas le Covid-19 qui va entamer l'unité » du peuple camerounais. Pour relever que même sans réjouissances et retrouvailles festives, la « Fête de l'Unité » reste ce qu'elle est, dans son essence. Un moment d'arrêt pour magnifier un choix fait librement par les filles et fils de ce pays, il y a 49 ans, et qui garde toute sa pertinence aujourd'hui.

Bien sûr, les 49 années de l'Etat unitaire n'ont pas été un long fleuve tranquille. Des menaces sont apparues ici et là. Le cheminement a connu ses périodes tranquilles, mais aussi ses périodes troubles. Celle que vivent les Camerounais depuis à peu près huit années est justement l'une des plus difficiles. Au plan sécuritaire, au plan socio- politique et au plan sanitaire, le Cameroun vit une véritable série noire en termes de menaces à son unité. Mais le pays, tel un roseau, n'est pas près de rompre, notamment grâce au leadership judicieux de son président, à la bravoure de ses forces de défense et de sécurité, mais aussi à la conscience de la grande majorité des Camerounais, qui au fil des épreuves, ont compris qu'ils étaient nettement plus forts ensemble que divisés.

Et ce sont justement les épreuves actuelles qui renforcent ce sentiment. Sur le front de la défense de l'intégrité du territoire national, les forces obscurantistes de la secte Boko Haram se heurtent depuis 2013 à la riposte cinglante des militaires camerounais. Même chose pour les bandes armées qui se sont mises au service d'un idéal sécessionniste chimérique depuis quatre ans dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Ou encore les groupes armés venus de la République centrafricaine voisine, qui ont tenté d'entretenir l'insécurité à la frontière Est du pays.

Sous la conduite de leur chef, les forces armées du Cameroun ont su préserver le moindre centimètre. Au plan stratégique, le président de la République a renforcé de matière pragmatique, le quadrillage du territoire national, pour faire face à la menace ; il a par exemple créé deux nouvelles Régions militaires interarmées. Et au plan opérationnel, les troupes sur le terrain ont su donner du répondant aux assaillants sur divers fronts. Les actions victorieuses des forces armées camerounaises dans ces différentes batailles, ont assurément aidé à réchauffer chez les Camerounais, le sentiment d'appartenance à une même Nation. Ces vaillants soldats au front, dont certains vont jusqu'au sacrifice suprême, ce sont des frères, des fils, des pères que pratiquement chaque famille camerounaise a donnés à la patrie.

Dans sa composante, l'armée camerounaise est une véritable leçon pour les populations civiles, au sein desquelles circulent depuis trois ans, des velléités de division par le discours de la haine et le tribalisme. Ce venin insidieusement répandu dans la société par certains acteurs politiques, se heurte lui aussi, à un puissant antidote : le sentiment d'unité.

Cette unité que les Camerounais célèbrent une fois de plus ce 20 mai, n'est pas aussi fragile que le pensent les marchands de la division. Car dans leur quotidien, les fils et filles du Cameroun puisent dans leurs points communs, les raisons de préserver ce que leur envient de nombreuses nations autour d'eux.

Et l'arsenal législatif, institutionnel et poli- tique mis en place par le chef de l'Etat et son gouvernement est là pour consolider chaque jour davantage ce ciment. Il faudra désormais compter avec la Commission pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, sur une accélération de la décentralisation, entre autres, pour améliorer la cohabitation des communautés, mais aussi les conditions de vie des populations, et forcément leur état d'esprit et leur unité. Et quand il s'agit de préserver jalousement l'un de ses biens les plus chers, le Cameroun n'est pas à une épreuve près. Il en a vu tant d'autres .

Plus de: Cameroon Tribune

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X