Seychelles: 8 navires avec des ressortissants chinois escortés jusqu'au port principal des Seychelles pour vérifier leur situation

Huit navires avec des ressortissants chinois à bord ont été escortés mercredi au port Victoria des Seychelles pour que les autorités locales compétentes effectuent les procédures d'identification nécessaires, a déclaré un haut responsable du gouvernement.

Le ministre pour la Pêche, Jean-François Ferrari, a déclaré lors d'une conférence de presse que les autorités seychelloises avaient été informées vendredi de la présence de huit navires non identifiés ancrés près de Providence, un atoll du groupe Farquhar situé à 705 kilomètres de l'île principale de Mahé.

Les garde-côtes seychellois ont effectué des vols de surveillance et identifié huit chalutiers. À ce stade, le président des Seychelles, Wavel Ramkalawan, a demandé un navire de la Garde côtière - Topaz - pour établir une présence près de Providence. Des agents de la Seychelles Fishing Authority (SFA) ont également suivi et arraisonné les navires.

« Nous avons reçu des informations d'un des capitaines à bord des navires selon lesquels ils sont venus à Providence parce que les eaux étaient agitées et qu'ils cherchaient un abri contre les intempéries. Ils nous ont informés qu'ils venaient d'Afrique de l'Ouest, dans la région du Sénégal et de la Gambie, et sont venus dans l'océan Indien par le canal de Suez et se rendaient à Madagascar. Nous avons constaté que cette information était correcte lorsque nous avons vérifié le système de suivi », a déclaré M. Ferrari.

"Les officiers n'ont trouvé aucune preuve de pêche illégale pratiquée par les navires, mais après avoir demandé des informations sur l'identité des navires, les autorités ont découvert que les informations concernant certains navires étaient incomplètes", a-t-il poursuivi.

Comme quatre des navires n'ont pas pu être identifiés, toute la flotte a été invitée à Port Victoria afin de terminer le processus de vérification.

"Il ne s'agit pas d'une arrestation mais plutôt d'une demande légitime des autorités seychelloises d'exécuter les procédures nécessaires", a souligné M. Ferrari.

Il a ajouté que, comme les quatre autres navires ont été identifiés comme étant immatriculés en Chine, les Seychelles ont déjà notifié l'ambassade de Chine dans la nation insulaire.

"Nous voulons faire l'enquête le plus rapidement possible et si tout est en ordre, les navires peuvent reprendre leur route. Nous sommes également en liaison avec Madagascar car les navires n'ont pas été en mesure de nous fournir un accord de pêche ou une licence montrant qu'ils sont autorisé à pêcher dans cette zone ", a déclaré M. Ferrari.

Il a dit que si les quatre navires restants ne sont pas identifiés, cela deviendra un cas juridique.

« Partout dans le monde, il y a ce que nous appelons des navires fantômes, des navires qui n'ont été immatriculés nulle part. Ils vendent du poisson qu'ils ont pêché à d'autres navires en mer. S'ils n'ont immatriculé nulle part, nous devons le signaler et prendre les actions nécessaire », a-t-il poursuivi.

Au cours de ses enquêtes, la SFA vérifiera également le matériel de pêche à bord car certains équipements sont interdits d'utilisation dans le monde et dans l'océan Indien, comme les filets dérivants.

M. Ferrrari a souligné que les Seychelles ne tolèrent pas la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) et feront le nécessaire, s'il y a lieu, pour lever un drapeau rouge afin de protéger les stocks de poissons et de s'assurer que toutes les lois internationales sont respectées.

Les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, ont une vaste zone économique exclusive de 1,4 million de kilomètres carrés, ce qui fait de la surveillance en mer un défi pour les forces de l'ordre.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X