Congo-Kinshasa: Affaire Bukanga Lonwo/Matata Ponyo - Le Procureur général près la Cour constitutionnelle insiste sur la levée des immunités

Le Sénateur Augustin Matata Ponyo reste dans le collimateur de la Justice congolaise dans l'affaire du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo. Après le refus la semaine dernière des Sénateurs d'ôter à leur collègue, le Premier Ministre honoraire Matata Ponyo Mapon, ses immunités pour ne pas accorder à la justice le plein pouvoir du moins de l'auditionner, le Procureur général près la cour constitutionnelle, Jean-Paul Mikolo Nkokesha, a, une fois de plus, écrit au Président de la Chambre haute du parlement, l'Honorable Sénateur Bahati Lukwebo samedi dernier en vue d'obtenir l'autorisation des Elus des Elus des poursuites contre l'homme à la cravate rouge. Outre ce dernier, la Sénatrice Ida Kamonji Naserwa, Directeur Général honoraire de Bukanga Lonzo est aussi réclamée.

Dans sa lettre du samedi 15 mai dernier au Président de la Chambre haute du Parlement, Modeste Bahati, le Procureur général près la Cour constitutionnelle invite les Sénateurs au sens élevé de responsabilité en acceptant la levée des immunités de leur Collègue, le Sénateur Matata, afin qu'il soit devant son juge pénal qui est la Cour constitutionnelle. «Méconnaître une telle compétence pénale clairement établie par la Constitution, serait une violation flagrante de celle-ci en son article 19, alinéa 1 qui stipule, nul ne peut être soustrait ni distrait contre son gré du juge que la loi lui assigne », fait remarquer Jean-Paul Mukolo Nkokesha aux Sénateurs.

Soucieux d'éliminer toute équivoque dans le chef des Sénateurs dans cette affaire qui fait couler de vin sur la crédence, Jean-Paul Mukolo précise qu'Augustin Matata Ponyo est poursuivi pour des actes posés au cours de son mandat à la tête de l'exécutif central en qualité du Premier Ministre de la République Démocratique du Congo, et non comme sénateur. «Votre saisine se justifie dans le cas du sénateur Matata Ponyo, non pas parce qu'il était Premier Ministre, mais parce qu'il est sénateur », a martelé le Procureur dans sa lettre à Bahati Lukwebo, question pour lui de mettre en exergue le respect de la procédure pénale contre un parlementaire ayant assumé, par le passé, des fonctions étatiques importantes. «Ils ne sont pas poursuivis pour des actes commis en leur qualité de sénateurs, mais plutôt pour les actes commis en qualité de Premier ministre pour Augustin Matata Ponyo et en qualité de Directeur général du Parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo pour la Sénatrice Ida Kamonji», insiste Jean-Paul Mukolo.

Il y a lieu de noter que le sénateur Matata Ponyo est poursuivi après les révélations de l'Inspection Générale des Finances (IGF) qui aurait trouvé des indices sérieux de culpabilité à la peau de ce Premier ministre honoraire notamment, le détournement de près de 8 millions de dollars américains, somme destinée à l'acquisition des engins auprès de la société Africom, et encore d'un montant de plus de 510 millions de dollars dans le cadre de partenariat de gestion de Bukanga-Lonzo entre la RDC et la firme Desticlox, une société inexistante au départ dans ce projet, selon les révélations. La sénatrice Ida Kamonji n'est pas exemptée car elle a assumé les fonctions de Directeur Général de Bukanga-Lonzo au moment où les acrobaties mafieuses se seraient produites.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X