Congo-Kinshasa: DGI - Le DG Muakadi, un modèle pour la mobilisation des recettes

La DGI (Direction Générale des Impôts) vient de réaliser des chiffres astronomiques dans la mobilisation des recettes au mois d'avril 2021. Un exploit historique jamais enregistré dans l'histoire de l'entreprise. Elle a en effet collecté plus de 1100 milliards de FC rien que pour le mois d'avril.

Le franc congolais étant convertible en dollar américain, monnaie de référence de toutes les transactions internationales, ce montant vaut 550 millions de $ USD. Dans un pays qui peine à réaliser un budget de 5 milliards de $ US par an, la DGI, en mobilisant 550 millions de $ US, montre ce que personne ne voit. La mobilisation des recettes dépend certes de la conjoncture économique. Mais en RDC, elle est avant tout un problème d'homme et de gouvernance.

Sur les 637 millions CDF des assignations, la DGI a fait presque le double. Près de 180 % des réalisations. Du jamais vu depuis la création de la DGI. Plusieurs raisons justifient cet exploit. Avril est un mois décisif de grande échéance pour le fisc avec l'impôt sur le bénéfice et profit. La rigueur, la détermination et le nouveau leadership du DG Barnabé Muakadi Muamba, la vision du Président de la République, Félix Tshisekedi pour la maximisation des recettes, l'élargissement de l'assiette fiscale, la lutte contre la fraude et l'évasion fiscales et le dévouement des agents constituent les facteurs de ce record.

Contacté ,le DG Barnabé Muakadi, qui n'a pas voulu s'exprimer a seulement lâché ceci : « Je n'aime pas parler de moi-même. Je veux que le travail parle plus. Je ne fais pas la propagande. Je demande aux sceptiques de consulter les chiffres ». Il est vrai que toutes les échéances n'ont pas le même rendement. Cependant, avec une gestion saine et orthodoxe, il est possible pour la DGI de mobiliser 5 milliards de USD par an. « Il y a de l'argent en RDC. Il est tout simplement question de gérer autrement », déclare un haut cadre de la DGI.La DGI doit être considérée comme une école pour les autres régies financières. Car, il est inconcevable qu'elle ne fasse pas mieux que toutes les régies financières sous les mêmes pluies, sous la même chaleur, avec les mêmes contribuables, la même économie et que les autres trouvent des excuses. Certains diront que la comparaison n'est pas raison. Mais, on n'obtient pas de bons résultats avec les mêmes méthodes et les mêmes personnes ayant lamentablement échoué. L'exécutif doit imposer l'obligation des résultats à toutes les régies financières en se référant à la DGI comme unité de mesure.

Covid-19, un prétexte

L'argument du Covid qui a ralenti l'économie, est très discutable en RDC car, la DGI n'a jamais mobilisé autant d'argent avant cette pandémie. De plus, la grève déclenchée par toutes les régies financières en début d'année, aurait dû anéantir les efforts de la DGI. Ce qui n'a pas été le cas. Elle accuse d'ailleurs deux mois d'arriérés de primes de rétrocession. Le traitement pour les collecteurs d'impôts doit être décent. Ce record historique révèle que le faible prélèvement des impôts et la modicité du budget de l'Etat sont dus au « coulage des recettes », qui est une vraie gangrène à éradiquer par des sanctions exemplaires. Le timing, les critères de performance et d'évaluation doivent être fixés pour toutes les régies financières, voire tous les services de l'Etat. Il faudra aussi impliquer la justice et encourager le travail de l'IGF. Le temps passe vite. Il n'est pas l'allié du pouvoir en place qui tient à mettre un terme à la prédation. Un autre Congo à travers une autre gestion est possible.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X