Congo-Kinshasa: Scrutin de 2023 - RAREC pour l'éducation citoyenne

La formation citoyenne avant la tenue des élections générales prévues en 2023, en République Démocratique du Congo, préoccupe au plus haut point, l'Asbl dénommée Rassemblement des Acteurs de la Renaissance du Congo (RAREC-Asbl).

Le go de la série 2021 des conférences annuelles y afférentes a été donné le vendredi 14 mai 2021, à CEPAS, dans la commune de la Gombe, sous le thème : « La suprématie des politiciens congolais aux impératifs de la souveraineté du peuple et de son destin : propositions de RAREC/Asbl relatives à la transparence et au contrôle du peuple sur le cycle électoral ».

Les professeurs Mpoyi Kamulayi Lumbala, Roger-Claude Liwanga et le pasteur Eric Nsenga, Secrétaire Général de l'Eglise du Christ au Congo, en charge de la commission Justice et Paix, sont intervenus en vidéo-conférence. Il y avait dans la salle, l'Abbé Alois Khonde, qui a représenté le cardinal Fridolin Ambongo empêché. Le 1er intervenant a insisté sur la formation à l'éducation civique qui doit, en effet, guider le choix du citoyen congolais, après plusieurs déceptions, à faire en âme et conscience sur ses futurs dirigeants, à l'issue des élections générales de 2023. Partant de la détermination ferme du Président de République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui a rappelé, le 24 avril 2021, que le cycle électoral de 2023 se déroulera paisiblement, conformément aux échéances prescrites dans la Constitution, il a soutenu que le défi à relever est immense.

Le second a planché sur la responsabilité des confessions religieuses dans le processus électoral, en utilisant l'approche rationnelle. Et de soutenir que la nécessité repose sur le rôle à jouer pour le peuple, en faisant le constat de l'absence d'une conscience collective. En sus, il a appelé tout le monde à travailler en synergie pour l'unité de la conscience collective.

Quant au troisième intervenant, il a fait un bref aperçu sur le système électoral des Etats-Unis d'Amériques, en démontrant comment chaque Etat fédéré certifie les résultats de son Etat sans atermoiement, en toute transparence.

L'Abbé Alois Khonde a soutenu que le cardinal Ambongo préconise toujours le travail dans la collégialité et la synodalité.

Il y a lieu de signaler que le patriarche Jonas Mukamba Kadiata Nzemba est intervenu pour rappeler à l'assistance que l'église catholique n'est pas responsable des élections qui se sont organisées de 1960 jusqu'en 2018, contrairement aux mauvaises langues. Au contraire, a-t- il souligné, l'église a inculqué des valeurs positives à tous ceux qui ont été formés ou instruits par elle. Pour lui, ce sont des acteurs politiques formés par elle qui devraient les appliquer dans la gestion de la chose publique. Au terme de la conclusion, le coordonnateur, a soutenu qu'en rassurant au peuple congolais qu'il y aura les élections en 2023, le Président de la République a définitivement scellé sa place dans l'histoire de la RDC en se démarquant radicalement de tous ses prédécesseurs, qui s'étaient ingéniés sans aucune retenue à n'organiser les élections qu'après avoir déployé toutes les astuces possibles et imaginables pour s'assurer d'en sortir vainqueurs.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X