Mali: L'ONU et les USA exigent "la libération immédiate" du président de la transition

La junte malienne

La mission des Nations unies au Mali (MINUSMA) et les États-Unis ont exigé lundi dans deux déclarations distinctes la "la libération immédiate et inconditionnelle" du président de la transition Bah Ndaw et du Premier ministre Moctar Ouane, environ deux heures après que l'ambassade des États-Unis à Bamako a dit avoir constaté une forte présence militaire dans la capitale malienne.

Pendant ce temps, les rumeurs d'un coup d'État vont bon train, moins d'un an après que le président Ibrahim Boubacar Keita a été renversé dans un putsch militaire.

Les événements de lundi semblent avoir été précipités par l'annonce d'un nouveau gouvernement au sein duquel on compte moins de militaires que le précédent.

Selon diverses sources, le président Ndaw et le Premier ministre Ouane auraient été emmenés contre leur gré au camp militaire de Kati, à environ 15 kilomètres dans la périphérie de Bamako. C'est de cette même base qu'est parti le coup d'État d'août 2020 qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita.

Une source proche de l'exécutif malien a confirmé à VOA Afrique que son patron est effectivement entre les mains des militaires mais, a ajouté la source, "ça va être géré".

A La Une: Mali

Plus de: VOA

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X