Congo-Kinshasa: Eruption du Nyiragongo en RDC - L'Observatoire volcanologique de Goma a failli a sa mission

Le volcan Nyiragongo, l’un des plus actifs de la région des Grands-Lacs, est entré en éruption samedi 22 mai, occasionnant d’importants dégâts matériels aux abords de la ville de Goma.

À Goma, après le choc causé par l'éruption soudaine du Nyiragongo samedi soir, qui a fait près d'une vingtaine de victimes et endommagé plusieurs localités, et particulièrement celle de Buhene, l'heure est aux questions. Notamment celle de savoir pourquoi l'Observatoire volcanologique de Goma, chargé de surveiller et d'alerter au moindre problème, n'a pas été en mesure de remplir son rôle.

Un député national de la circonscription avait déjà sonné l'alerte lorsqu'un projet de la Banque mondiale, qui finançait l'OVG, avait fermé ses portes en août dernier. Ce député, élu dans le Sud-Kivu, se trouvait en vacances à Goma en août dernier lorsqu'il est alerté par des agents de l'OVG arrêtés pour avoir réclamés des salaires qu'ils ne perçoivent pas depuis des mois.

« Les listings (des salariés) indiquent que l'on a 351 agents, mais sur le terrain il y en a seulement une cinquantaine qui travaillent, tous les autres sont des agents fictifs », s'indigne Jean-Baptiste Kasekwa, le député joint par Esdras Ndikumana de la rédaction Afrique.

Très vite, il va se rendre compte que le problème est plus profond. « Il n'y avait plus de carburant pour amener les chercheurs sur la montagne de Nyiragongo, il n'y avait plus de budget pour internet, il manquait de tout ! L'OVG était pratiquement en cessation de fonctionnement. »

L'Observatoire volcanologique de Goma n'est plus financé depuis la fin d'un projet de la Banque mondiale quelques mois plutôt. Ce n'est pas normal, se dit le député, car c'est au gouvernement que ce rôle est dévolu. Il va alors tenter d'alerter l'Assemblée nationale, mais sa question au gouvernement « est jetée à la poubelle », explique-t-il.

Selon l'Observatoire de la dépense publique, le budget alloué à l'OVG sur les deux dernières années était d'environ 1,2 million de dollars américains, sur papier. Mais aucun argent n'a été débloqué pour son fonctionnement, faute de feuille de fonctionnement nous explique le ministre de tutelle, José Mpanda, en charge de la recherche scientifique. Il reconnaît également l'existence d'agents fictifs à l'OVG. Une délégation gouvernementale est à Goma pour remettre de l'ordre dans la maison.

L'Observatoire volcanique de Goma appelle à l'apaisement

Le chercheur volcanologue et directeur scientifique de l'OVG, Kasereka Mahinda Célestin indique que des équipes sont déployées sur le terrain pour survoler et surveiller la zone dangereuse. Il reconnaît que l'OVG a connu des problèmes financiers et espère que tout ira mieux après avoir été rassuré par la mission gouvernementale qui est sur place à Goma.

59 RD CONGO _Son MATIN Son volcanologue Goma : et maintenant ?

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X