Congo-Kinshasa: Le massacre de Yumbi enfin devant la justice

© RFI / Patient Ligodi
Le siège de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) à Yumbi parmi les bâtiments incendiés. (archive)

Des affrontements interethniques entre Batende et Banunu, fin 2018 dans la province du Mai Ndombe, avaient fait plusieurs centaines de morts et des dizaines de milliers de réfugiés, partis vers le Congo-Brazzaville voisin. Les violences avaient aussi provoqué l'annulation des élections présidentielle et législatives dans cette partie du pays.

Selon les ONG de défense des droits humains, ces affrontements avaient fait plus de 500 morts. Pour leur part, les Nations unies avaient évalué à plus de 800 le nombre de victimes. Plus ou moins 17 000 personnes avaient trouvé refuge au Congo-Brazzaville, et aujourd'hui, selon nos sources, il y en aurait encore 11 000 de l'autre côté du fleuve Congo.

Ce mardi, devant la haute cour militaire à Kinshasa, 62 prévenus, en détention à la prison militaire de Ndolo, seront dans le box des accusés. Ils ont été arrêtés par vagues dans le territoire de Yumbi même, et acheminés à Kinshasa.

C'est l'inhumation du chef coutumier Mantoma des Banunu, dans le centre du territoire de Yumbi, qui avait provoqué la colère de leurs rivaux Batende. Pour les Batende, les Banunu sont des étrangers venus de l'ancienne province de l'Équateur, ils ne pouvaient donc pas se permettre le luxe d'enterrer leur chef en plein centre du territoire.

La force publique est intervenue. Mais, selon les rapports des ONG de défense des Droits de l'Homme, les autorités de la province du Mai Ndombe de l'époque portent une responsabilité par omission pour ne pas avoir empêché la mise en œuvre du massacre.

Plus de: RFI

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X