Congo-Kinshasa: Le gouvernement au coeur du drame de Goma

C'est depuis hier dans l'avant-midi qu'une délégation interministérielle séjourne dans la ville de Goma pour palper du doigt les réalités du terrain, après l'éruption volcanique intervenue samedi dernier. Il s'agit des ministres de la Défense, la Santé, la Recherche Scientifique, les Affaires Sociales et Humanitaires, l'Agriculture et celui de l'Enseignement Supérieur et Universitaires. L'objectif de leur présence est de se rendre compte de l'ampleur de dégâts afin d'envisager des solutions adaptées.

Aussitôt arrivée, une importante réunion de crise s'est déroulée entre la délégation du Gouvernement Central, les autorités provinciales et l'équipe de l'Observatoire Volcanologique de Goma. Ils ont évalué les actions humanitaires, sécuritaires et scientifiques de la situation.

Il ressort de cette réunion que le gouvernement de la République va appuyer l'OVG afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle dans la surveillance des volcans. Car il a été rapporté, selon plusieurs sources, que le volcan Nyiragongo n'était plus surveillé depuis près de sept mois, faute de financements pour soutenir l'Observatoire de volcanologie locale. La première étape est celle de la paie des salaires du personnel de l'OVG après plusieurs mois d'arriérés.

« Le gouvernement va apporter de l'aide nécessaire, dans un premier temps pour remettre cet outil en fonction », a dit Jean-Jacques Mbungani, ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention, qui est à la tête de la délégation dépêchée à Goma.

Selon Kasereka Mahinda Célestin, directeur scientifique de l'Observatoire Volcanologique de Goma (OVG), l'alerte n'a pas été donnée plus tôt concernant le risque d'éruption volcanique par manque de moyens.

« Avec le Covid-19, il y avait un projet soutenu par la Banque Mondiale qui finançait le fonctionnement de l'OVG. Le projet s'est arrêté le 30 juin 2020. D'octobre 2020 à avril 2021, il n'y avait plus d'internet à l'observatoire. C'est grâce à un partenaire américain que nous avons pu rétablir l'internet. Pendant tout ce temps, nous n'avions plus de données en temps réel. Il n'y avait pas de frais de fonctionnement. Nos stations sont éloignées, certaines à 150 kilomètres. Nous avons passé ce temps sans avoir des données », a-t-il expliqué.

Il sied de noter que la délégation gouvernementale va aussi évaluer, pendant son séjour à Goma, la situation humanitaire dans les hôpitaux et d'autres structures de santé, évaluer les mouvements de la population, poursuivre la surveillance tectonique du volcan, s'assurer de la sécurisation de la ville de Goma et ses environs, les zones d'évacuation et leurs voies d'accès. Aussi, d'évaluer la situation humanitaire globale liée à cette catastrophe et proposer les mécanismes d'accompagnement.Perside Diawaku

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X