Afrique Centrale: Éruption du Nyiragongo en RDC - A Goma, la terre continue de trembler

Le volcan Nyiragongo, l’un des plus actifs de la région des Grands-Lacs, est entré en éruption samedi 22 mai, occasionnant d’importants dégâts matériels aux abords de la ville de Goma.

Trois jours maintenant après l'entrée en éruption du Nyiragongo, de violents tremblements de terre à répétition continuent à secouer Goma. Un immeuble s'est d'ailleurs partiellement effondré ce mardi 25 mai au matin. Une fissure large de quelques centimètres, mais longue de plusieurs centaines de mètres a fendu le sol dans l'ouest de la ville. Un climat de panique continue de régner sur place.

Il s'agit d'un immeuble de deux étages qui s'est effondré, alors qu'il y avait des enfants à l'intérieur, à cause des séismes qui secouent la ville toutes les cinq à vingt minutes. Ce drame s'est produit vers 12 heures, dans le quartier Katindo, près de l'hôtel Ishango.

« Nous ne savons pas expliquer exactement ce qui s'est passé, mais nous avons entendu quelque chose gronder dans l'enclos, avant d'apercevoir des gros nuages de poussière. Et c'est alors que nous nous sommes rendus compte que la maison s'écroulait », indiquent des témoins.

D'autres évoquent le bilan d'au moins un mort, mais qui n'a pas encore été confirmé par des sources médicales. Les blessés ont été conduits dans des structures sanitaires proches pour des soins.

Les tremblements de ce matin ont provoqué aussi de grandes fissures dans différents endroits de la ville, comme par exemple au célèbre mont Goma, où d'énormes failles sont perceptibles.

L'avenue de l'institut de Goma n'est pas épargnée. Au moins trois énormes fissures sont visibles devant l'hôpital général de la ville. Cette situation inquiète davantage les habitants de Goma, qui s'en remettent à l'expertise de l'Observatoire volcanologique, où la délégation gouvernementale doit rencontrer d'autre autorités locales pour évaluer les dégâts et essayer de trouver des pistes et des solutions.

Goma coupée du monde

L'irruption du Nyaragongo a isolé Goma du monde. L'aéroport est fermé pour un mois en raison notamment de fissures au sol. La route principale vers le nord est coupée. Et cela pose des problèmes d'approvisionnement pour la population, avec, déjà, les prix alimentaires qui s'envolent. Certaines denrées ont déjà vu leur prix grimper de 50%, et même doubler depuis l'irruption volcanique, selon un représentant de la société civile à Goma

La capitale du Nord Kivu n'est plus approvisionnée par la route de Butembo. Elle a été coupée par une coulée de lave au niveau de Kibati. Or c'est par là qu'arrivent quotidiennement les produits qui alimentent Goma depuis Rutshuru : haricots, pommes de terre, carottes, oignons, choux, mais aussi manioc et riz ou poisson frais et salé. Cette route ne sera pas dégagée avant la fin de la semaine, estime le représentant du patronat local.

En attendant, Goma est approvisionnée beaucoup plus difficilement par la route de Sake à l'ouest, ou par bateau à travers le lac Kivu. Des perturbations qui renchérissent le coût du transport et donc à l'arrivée, des produits.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X