Burkina Faso: Mécénat - Bolloré Transport & Logistics octroie 5 000 euros à l'EPSA

Le projet dénommé "Espace Makana" porté par l'association EPSA et mis en œuvre par l'Association des Guides de campement Edjef de Gandafabou (AGCEG) a pour objectif de donner une seconde chance aux familles déplacées du Sahel, en les aidant à se réinstaller, à mener des activités génératrices de revenus et à se former à des techniques d'élevage.

Grâce à sa plateforme Earthtalent by Bolloré, htps://www.earthtalentbybollore.com/proposer-un-projet/, le groupe Bolloré participe activement au développement solidaire des associations dans le domaine de l'éducation, de la jeunesse, de la santé, etc.

C'est ainsi qu'en 2018, l'AGCEG a "pondu" son projet et l'a soumis sur la plateforme citée plus haut. « Nous avons eu la chance que la présidente de notre association, en assistant à une action sociale un jour a découvert la plate-forme et y a directement soumis le projet. Lorsque nous constituions le dossier, nous ne nous attendions pas à recevoir cette aide parce que le dossier passe par plusieurs étapes de sélection avant d'être validé », a expliqué Mohamed Ag Rissa, secrétaire général de l'AGCEG et responsable de l'Espace Makana.

Il ajoute que le site du projet accueille trois familles de 22 personnes comportant des élèves et étudiants. Une quatrième famille serait en route pour rejoindre les autres. Ces familles font l'élevage de bœufs, de chèvres et de poulets. Et grâce à un forage présent sur le site, elles vendent l'eau potable à la population et prévoient s'adonner au maraichage très bientôt.

D'après ses dires, toutes les personnes du site ont été chassées et contraintes de se déplacer à travers le Burkina ou dans d'autres pays. Ayant constaté que plusieurs vont vers les grandes villes, l'association a décidé de créer des activités de développement et de réinsertion, même si elle a conscience que tout le monde ne peut pas bénéficier de cette chance.

« Nous ne voulons pas être dans l'humanitaire mais plutôt dans des actions de solidarité. A long terme, nous ferons des formations parce que nous nous disons qu'au lieu que toutes nos familles restent à Gandafabou (village situé dans la région du Sahel) dans l'attente, si nous avons un espace à Ouagadougou, et que nous arrivons à former deux ou quatre familles, celles-ci pourront repartir faire des activités et ainsi nous réduirons le nombre de personnes qui vont tendre la main à l'action sociale », a affirmé le secrétaire de l'association bénéficiaire.

Notons que le financement de 5 000 euros octroyé par Bolloré est exclusivement réservé à l'aménagement de la bergerie, de l'étable et du fenil qui va abriter le foin et le tourteau. Ce financement a également servi à la sécurisation des lieux, c'est-à-dire à fixer la clôture et le portail y compris. « Nos animaux seront en sécurité parce que, même s'ils sortent, ils ne pourront pas quitter l'espace à cause de la clôture. Nous avons aussi planté des arbres à l'intérieur, mais nous aménagerons de sorte que les animaux soient encadrés afin de ne pas les détruire. Ainsi, dans cinq ans, nos arbres produiront des fruits », a affirmé M. Ag Rissa.

L'occasion a été belle pour lui de remercier le groupe Bolloré parce que, selon ses propos, depuis que l'association a été créée en 2003, c'est la première fois qu'elle reçoit un financement d'une entreprise étrangère basée au Burkina. Il a aussi encouragé Bolloré à multiplier ce type d'actions qu'il qualifie de salvatrices. Le projet qui s'étend de 2019 à 2022 est aujourd'hui réalisé à 80%.

En rappel, Bolloré, présente au Burkina dans le transport et la logistique, emploie plus de 400 collaborateurs burkinabé et génère plus de 350 emplois indirects à travers notamment ses agences de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso.

Le groupe mène également des actions de solidarité au bénéfice des populations, en partenariat avec des ONGs, notamment l'aide à la scolarisation et à la réinsertion sociale des jeunes et à la sensibilisation à la préservation de l'environnement. Bolloré développe aussi des partenariats avec des plusieurs établissements d'enseignement supérieur au Burkina Faso.

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X