Soudan: Ali Kushayb devant la CPI - Les représentants des victimes et de la défense prennent la parole

A La Haye, 2e jour d'audience dans la procédure de confirmation des charges d'Ali Abd-Al-Rhaman. Ce leader janjawid est suspecté de 31 chefs de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, qui auraient été commis entre août 2003 et au moins avril 2004 au Darfour. Mardi matin, les représentants légaux des victimes ont pris la parole. Puis c'est la défense qui s'est exprimé.

Les conseils des victimes se sont succédés, détaillant précisément ce qu'ont vécu les victimes ainsi que leurs attentes.

« Ils veulent que les jugent sachent ce qui leur est arrivé, a expliqué Maitre Paolina Massida, une des représentantes des victimes. Pour les victimes, ce processus est un point de départ. Elles attendent une justice indépendante, impartiale, transparente, capable d'établir la vérité concernant les crimes dont ils ont souffert. »

Puis la défense a pris la parole. La présentation de Maitre Cyril Laucci avait pour objectif de démontrer que son client, Ali Muhammad Ali Abd-Al-Rahman n'est pas Ali Kushayb suspecté de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

« Monsieur Abd-Al-Rhaman n'a pas le profil des autres leaders janjawid connu. Il n'est ni nazir, ni apparenté à un nazir, ni officier dans l'armée. Il est un simple citoyen vendant des médicaments dans sa pharmacie au moment des faits. Les détails de sa description physique ne coïncident pas. Il n'a pas de piercings à aucune de ses deux oreilles, il ne porte aucune cicatrice rituelle sur son visage... »

L'audience préliminaire est prévue jusqu'au 27 mai. A son issue, les juges devront déterminer si les charges sont suffisantes pour conduire la procédure contre Ali Muhammad Ali Abd-Al-Rahman à la phase suivante, c'est-à-dire le procès.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X