Afrique: Allocution liminaire du Directeur général lors de la Première réunion du Conseil sur l'économie de la santé pour tous - 6 mai 2021

Madame la Professeure Mazzucato, chers membres du Conseil sur l'économie de la santé pour tous, chers collègues et amis.

Bonjour, bon après-midi ou bonsoir. Je suis très heureux d'être à vos côtés aujourd'hui pour la première réunion de cette nouvelle initiative majeure.

Cette réunion vient à un moment décisif.

La pandémie de COVID-19 a démontré très clairement qu'une crise sanitaire ne se limite pas à la santé ; elle peut avoir des conséquences dramatiques sur les moyens d'existence, les entreprises et l'économie.

Elle a montré que, quand un risque pèse sur la santé, il pèse sur tout le reste, mais aussi que, si l'on s'attache à promouvoir et à protéger la santé, ce sont non seulement les individus, mais aussi, plus largement, les communautés, les économies et les nations qui prospèrent.

C'est ce que nombre d'entre nous, spécialistes de la santé publique, disons depuis de nombreuses années : la santé n'est pas un luxe , c'est un droit fondamental de la personne humaine et le fondement même de la stabilité sociale, économique et politique.

Nous avons fait valoir que la santé n'est pas un coût , mais un investissement en faveur d'économies productives, résilientes et inclusives.

Voilà pourquoi la couverture sanitaire universelle est la grande priorité de l'OMS.

Or, au niveau mondial, nous allons dans la mauvaise direction. Partout sur la planète, les ménages consacrent une part croissante de leurs revenus à la santé et de plus en plus de gens sombrent dans la pauvreté en raison des dépenses qui restent à leur charge.

C'est une évidence : les progrès sur la voie de la couverture sanitaire universelle ne relèvent pas de la simple responsabilité des ministères de la santé. Ils nécessitent une approche pangouvernementale engagée au plus haut niveau de leadership politique et une étroite participation des ministères des finances.

Jamais l'idée de la santé pour tous n'a bénéficié d'un soutien politique aussi fort et il y a lieu de s'en réjouir.

À l'Assemblée générale des Nations Unies, en 2019, quelques mois à peine avant le début de la pandémie, les États membres de l'ONU ont trouvé un terrain d'entente et adopté la Déclaration politique de haut niveau sur la couverture sanitaire universelle.

La pandémie a en outre démontré qu'aujourd'hui plus que jamais, il faut investir dans les systèmes de santé et la sécurité sanitaire.

Nous avons là une occasion unique à saisir pour mobiliser des investissements en faveur de sociétés plus saines, plus résilientes, plus productives et plus durables.

C'est là où le Conseil sur l'économie de la santé pour tous a une contribution si importante à apporter.

Nous avons besoin d'un nouveau discours qui place la santé pour tous au cœur des politiques publiques, notamment celles pour l'innovation, l'industrie, l'emploi et l'environnement.

Nous avons besoin d'une nouvelle approche pour façonner l'économie mondiale en vue de bâtir des sociétés qui soient saines, inclusives, équitables et durables.

Nous devons recenser les meilleures pratiques des pays et des communautés, partout dans le monde, et nous servir de ces connaissances pour élaborer des recommandations concrètes.

Enfin, nous avons besoin d'idées nouvelles qui soient à la fois audacieuses et transposables dans la pratique.

Je tenais à vous remercier très vivement pour votre engagement dans les travaux du Conseil et pour les connaissances spécialisées et l'expérience que vous mettez ainsi au service de l'humanité.

J'accueille avec un très grand intérêt votre apport intellectuel de premier plan, vos conseils et vos idées, qui vont nourrir notre action commune pour un monde plus sain, plus sûr et plus juste.

Merci à tous.

Plus de: WHO

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X